Maurice Sarraut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Sarraut
MauriciSarraut.jpg
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Maurice SarrautVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Parti républicain, radical et radical-socialiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Maurice Sarraut, né le à Bordeaux et assassiné le à Toulouse, est un journaliste et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère aîné d'Albert Sarraut, il perd en 1887 son père Omer Sarraut, franc-maçon et anticlérical, alors qu'il a dix-huit ans. Il est alors engagé au journal La Dépêche de Toulouse, tout en suivant une formation d'avocat. En 1892, il organise l'agence parisienne du journal et tisse de nombreux liens avec des députés et ministres. Il devient directeur administratif du journal en 1909 et un proche du groupe Pierre Lafitte. Pendant la Première Guerre mondiale, il s'engage et sert comme officier de liaison en qualité de lieutenant d'état-major dans une division d'infanterie. Le 3 décembre 1916, il est cité à l'ordre de l'armée.

Membre du Parti radical-socialiste dont il est président en 1926-1927, il est sénateur de l'Aude de 1913 à 1932, date à laquelle il démissionne pour devenir propriétaire de La Dépêche. Il soutient son frère dans sa carrière politique et exerce une grande influence dans le Sud-ouest.

À la suite de l'armistice de , Maurice Sarraut approuve le nouveau régime de Vichy qui se met en place, et son journal soutient le maréchal Pétain. Ancienne figure de la IIIe République et soupçonné d'être franc-maçon, Maurice Sarraut est cependant détesté des ultras de la collaboration. Brièvement arrêté par la Gestapo début , Maurice Sarraut est libéré peu après à la suite de l'intervention de René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, dont il est l'ami personnel. À partir de 1943, Maurice Sarraut prend ses distances avec Pierre Laval, en particulier sur la question de la création de la Milice.

Alors qu'il quitte son bureau de la rue Bayard. Il est assassiné le devant sa résidence la villa des Tilleuls dans le quartier Saint-Simon à Toulouse par un membre de la Légion des volontaires français venu de Paris, Maurice Dousset, qui attendait la voiture avec trois complices[1]. Les journaux collaborationnistes accusent aussitôt la Résistance, mais très rapidement, la police de René Bousquet arrête les meurtriers. Il s'agit de miliciens qui sont libérés peu après à la suite d'interventions de Joseph Darnand et des autorités allemandes.

À la fin de la guerre, le chef régional de la Milice, Henry Frossard, est accusé d'avoir fourni armes et véhicule aux tueurs. Condamné à mort, il est exécuté le .

Maurice Sarraut est inhumé à Carcassonne, au cimetière Saint-Vincent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'obscur assassinat de Maurice Sarraut », sur La dépêche du midi, (consulté le 30 mars 2020)

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Maurice Sarraut », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Michèle et Jean-Paul Cointet, Dictionnaire historique de la France sous l'Occupation, Tallandier, (ISBN 2-235-02234-0)
Maurice Sarraut, sénateur en 1913, directeur de la Dépêche du Midi durant les années 1910 et 1920.