Maurice Mimoun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Mimoun
Defaut.svg
Informations
Naissance
Nationalité

Maurice Mimoun est un chirurgien et écrivain français né en 1955 à Constantine, spécialisé dans la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique et le traitement des brûlés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Mimoun naît en 1955 à Constantine[1].

En 1979, il est titularisé Interne des Hôpitaux de Paris

En 1989, il est nommé Professeur des universités – praticien hospitalier / Professeur de Médecine

En 1993, il devient à la fois, chef de service du centre des grands brûlés de l'hôpital Saint-Antoine et chef du service de chirurgie plastique, reconstructrice, esthétique de l'hôpital Rothschild[1]. Par la fusion de ces deux services, il est devenu, lors de son inauguration par le ministre de la Santé Marisol Touraine le 7 juin 2012, chef du nouveau service de chirurgie plastique, reconstructrice, esthétique et de brûlologie de l'hôpital Saint-Louis de Paris.

Maurice Mimoun est président de la Société française d’étude et de traitement des brûlés, il est aussi responsable du DESC de chirurgie plastique, responsable du diplôme interuniversitaire « traitement des brûlures », membre d’une mission ministérielle pour la construction d’un centre de brûlés au Pakistan en 1998, et depuis les années 2000 membre du conseil d’administration de l’association Children’s Action, ONG pour l’aide aux enfants brûlés au Viêt Nam.

Maurice Mimoun est l'auteur de L’Impossible Limite (1996), S’empêcher d’en faire trop (2004)[2]), "Une vie plus une vie" (2013) roman recommandé par Milan Kundera, et de nombreuses communications scientifiques.

Il est l'invité de Rene Frydman sur France Culture en novembre 2012[3]. Le dimanche 14 avril 2013 il est l'invité de Thé ou Café sur France 2.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1983 : premier prix de la Société française de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique[1]
  • 2004 : chevalier de la Légion d'honneur[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Judith Perrignon, « La résurrection des corps », Libération,‎ (consulté le 27 décembre 2013)
  2. Irène Inchauspé, « Maurice Mimoun, chirurgien : Humanitaire, mais pas trop », sur lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 3 janvier 2013)
  3. [audio] Rene Frydman, « Modifier son corps mais pas trop », sur franceculture.fr,‎
  4. « Décret du 31 décembre 2004 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr,‎ (consulté le 3 janvier 2013) : « 25 ans de services civils et d'activités associatives. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]