Matthew Stewart (mathématicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Matthew Stewart
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ÉcosseVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Greyfriars Kirkyard (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Conjoint
Marjory Stewart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Dugald Stewart of Catrine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinction

Matthew Stewart est un mathématicien écossais, né le à Rothesay (île de Bute), mort le à Catrine (Ayrshire) (mort à Édimbourg selon d'autres sources[Lesquelles ?]) et enterré à Édimbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été l'élève, à l'université de Glasgow, de Robert Simson puis, à l'université d'Édimbourg en 1742-43, de Colin Maclaurin, auquel il a succédé en 1747 comme professeur de mathématiques.

C'est par Simson que fut démontré[réf. nécessaire] le « théorème de Stewart », probablement découvert par Archimède environ 300 av. J.-C.

Il fut reconnu comme un mathématicien important après la publication de son General Theorems, en 1746.

L'intérêt de Stewart se tourne alors vers l'astronomie et la philosophie. Il montre une grande ingéniosité dans des considérations géométriques théoriques en apportant des preuves sur des résultats qu'il avait précédemment établis dans le domaine de l'algèbre et de la méthode analytique. En 1761 il apporte une contribution au problème à N corps, décrivant le mouvement des planètes et la perturbation apportée par une planète sur le mouvement d'une autre.

Stewart a été élu membre de la Royal Society le 21 juin 1764.

Matthew Stewart est le père de Dugald Stewart (1753-1823), philosophe et mathématicien.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • General theorems of considerable use in the higher parts of mathematics (1746)
  • Tracts, Physical and Mathematical, Containing an Explication of Several Points in Physical Astronomy (1761)
  • The Distance of the Sun from the Earth determined by the Theory of Gravity (1763)

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Matthew Stewart », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).