Massimo Pacetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Massimo Pacetti (né à Montréal le -) est un homme politique québécois (canadien). Il est le député libéral de Saint-Léonard—Saint-Michel à la Chambre des communes du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a exercé les métiers de comptable et d'entrepreneur, et il a présidé la commission scolaire de la Pointe-de-l'Île.

Pacetti s'est représenté dans une élection partielle en 2002 et il a été élu dans Saint-Léonard–Saint-Michel. Il est réélu à l'élection fédérale canadienne de 2004.

Il a introduit la motion de loi C-348, qui vise à reconnaître l'injustice faite aux personnes d'origine italienne lors de la Seconde Guerre mondiale, qui furent désignés comme des «ennemis étrangers» et internés jusqu'à la fin du conflit. Cette motion est passée en première lecture le 21 août 2005.

D'octobre 2004 à novembre 2005, Pacetti a été président du Comité permanent des finances et du sous-comité financier sur l'ordre du jour et les procédures. Il a aussi été whip adjoint de Parti libéral de juin 2011 à août 2013[1]

Le 5 novembre 2014, Massimo Pacetti a été suspendu du caucus du Parti libéral par son chef Justin Trudeau, à la suite de plaintes pour inconduite et harcèlement déposées par deux députées, restées jusqu'ici anonymes, du Nouveau Parti démocratique[2]. Il a siégé depuis comme député indépendant. En mars 2015, il a annoncé qu'il ne se représenterait pas aux élections de 2015[3]. Pacetti a toujours nié avoir eu un comportement répréhensible et n'a fait l'objet d'aucune accusation criminelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]