Nicola Di Iorio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nicola Di Iorio
Illustration.
Nicola Di Iorio offrant un morceau de gâteau lors de la Fête du Canada le
Fonctions
Député de Saint-Léonard—Saint-Michel
En fonction depuis le
(3 ans et 11 mois)
Élection 2015
Législature Chambre des communes du Canada
Prédécesseur Massimo Pacetti
Biographie
Parti politique Parti libéral du Canada
Profession Avocat

Nicola Di Iorio, est un avocat et homme politique canadien. Il est depuis octobre 2015 député libéral de la circonscription de Saint-Léonard—Saint-Michel à la Chambre des communes du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicola Di Iorio a obtenu un baccalauréat en droit de l'Université de Sherbrooke en 1981 ainsi qu'une maîtrise en droit de l'université Columbia en 1983, et a été admis au Barreau du Québec la même année[1]. Il s'est spécialisé en droit du travail et de l'emploi, en droits de la personne et en droit administratif. Il a été directeur des Éditions Revue de droit de l’Université de Sherbrooke de 1984 à 1987 et a été co-auteur de deux ouvrages sur les normes du travail ainsi qu'auteur de plusieurs articles dans des revues spécialisées[2]. Il a enseigné le droit du travail, le droit administratif et les libertés publiques dans diverses universités québécoises ainsi qu'à l'École de formation professionnelle du Barreau du Québec[1].

De 1991 à 2014, il a été partenaire de la firme Heenan Blaikie, et depuis 2014 il est partenaire chez Langlois Kronström Desjardins, devenue Langlois avocats en 2016.

En juillet 2010, un grave accident de la route dont a été victime la fille de Nicola Di Iorio, victime d'un chauffard roulant à grande vitesse et ayant perdu le contrôle de son véhicule[3],[4], l'a amené à fonder l'initiative Cool Taxi, un système de coupons prépayés pouvant être utilisés pour payer des courses de taxi. Son passage à l'émission Tout le monde en parle le dans le cadre de sa campagne de sensibilisation reliée à cet accident l'a fait connaître du grand public[5].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Le , Nicola Di Iorio annonce son intention d'être candidat libéral dans la circonscription montréalaise de Saint-Léonard—Saint-Michel, à la suite de la suspension du député en fonction Massimo Pacetti du caucus libéral à cause d'une affaire d'inconduite sexuelle[6]. Le 11 juin suivant, il remporte le vote d'investiture, non sans être accusé par un adversaire de ne pas respecter les règles du parti en donnant des cartes de membre plutôt que de les vendre[7]. Lors des élections générales du , il défait largement ses adversaires, obtenant 65 % des voix dans une circonscription qui est tout de même depuis longtemps un château fort libéral[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biographie de Nicola di Iorio, sur le site de Langlois avocats.
  2. (en) Profil de Nicola di Iorio, sur Lexpert, Business of Law.
  3. « Conduite dangereuse : trois ans de prison pour Laurent Raymond », Justice et faits divers, sur Radio-Canada, (consulté le 26 juin 2016).
  4. Christiane Desjardins, « Course de rue à Mont-Royal: le présumé responsable accusé », Justice et affaires criminelles, sur La Presse, (consulté le 26 juin 2016).
  5. « Résumé d'émission du dimanche 17 octobre 2010 », Tout le monde en parle, sur Radio-Canada, (consulté le 3 juillet 2016).
  6. Marie-Pier Gagné, « Élections fédérales: Nicola Di Iorio souhaite prendre la relève de Massimo Pacetti », Journal Métro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2016).
  7. Marie-Pier Gagné, « Nicola Di Iorio remporte l’investiture libérale dans Saint-Léonard – Saint-Michel », journalmetro.com,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2016).
  8. Hugo Joncas, « Nicola Di Iorio l’emporte dans Saint-Léonard-Saint-Michel », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]