Masayoshi Son

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Masayoshi Son
孫正義
Masayoshi Son (孫正義) on July 11, 2008.jpg
Masayoshi Son le 11 juillet 2008
Fonctions
Président-directeur général (en)
SoftBank
Président
Sprint Nextel
Président-directeur général (en)
SoftBank Mobile (d)
Président
ARM
Biographie
Naissance
(61 ans)
Tosu (Saga)
Nom dans la langue maternelle
孫 正義 et 손 정의Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Fratrie
Taizō Son (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
SoftBank, Miami MLS team (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Time 100 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Masayoshi Son (孫 正義, Son Masayoshi?), né le à Tosu au Japon, est un homme d'affaires et chef d'entreprise japonais. Il est le fondateur et président directeur général de SoftBank depuis 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Masayoshi Son est issu d’une famille populaire d’immigrés coréens au Japon[1]. Ses ancêtres étaient de la province de Fujian (Chine). Il a clarifié ses origines ancestrales en soulignant que son nom de famille « Son » est différent du « Son » coréen, après que des médias coréens ont prétendu qu'il était d'origine coréenne. Selon lui, il serait un descendant de Sun Tzu, un célèbre stratège chinois de la période de Chunqiu. Ces derniers auraient ensuite immigré en Corée avant d'atterrir au Japon.

Enfant, la discrimination dont il est victime le pousse à dissimuler son nom de famille. Conscient de ce mal-être, son père l'envoie faire ses études aux Etats-Unis. Il entre en cours à la Serramonte High School en Californie, dont il sort diplômé deux semaines plus tard[1]. Il entre ensuite à Berkeley, où il obtient un diplôme en économie et sciences de l’informatique[2]. Elève peu assidu, il commence à développer différentes affaires en parallèle de ses cours. A 19 ans, il développe ainsi avec l'un de ses professeurs Forrest Mozer un petit traducteur vocal multilingue. Un brevet qu'il vendra plus tard à Sharp pour 1,3 million de dollars[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Masayoshi Son rentre au Japon en 1981 après six années passées aux États-Unis[1]. Il fonde SoftBank la même année, une entreprise de commerce électronique qui devient par la suite opérateur de télécommunications fixes.

Parallèlement à ses missions à la direction de SoftBank, Masayoshi Son devient en 1996 le président-directeur général de la filiale de Yahoo! au Japon.

En 2006 Masayoshi Son se lance dans les télécommunications mobiles, en rachetant Vodafone Japon qui sera rebaptisé SoftBank Mobile, puis en 2013 en rachetant 73 % des parts du géant téléphonique américain Sprint[3].

Voyant très tôt les potentiels de Yahoo! ou encore Alibaba, il investit dans ces entreprises. Passionné par les nouvelles technologies, l'intelligence artificielle, la robotique et les objects connectés, il y consacre son fonds d'investissement, le plus important jamais dédié à ces sujets au moment de son lancement, en mai 2017[4].

SoftBank fait aujourd'hui partie du TOPIX 100.

Fortune[modifier | modifier le code]

En 2015, Masayoshi Son est classé 75e par le magazine Forbes, avec une fortune estimée à 13,8 milliards de dollars[5].

En 2017, il est considéré comme l'homme le plus riche du Japon[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et a deux enfants[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d MASAYOSHI SON Japonais, visionnaire, milliardaire et nouvel ami de Trump, Les Echos, 10 mars 2017
  2. « Biographie de Masayoshi Son », sur Bloomberg
  3. David Pilling, « US may be a gamble too far for Masayoshi Son’s SoftBank », sur Financial Times,
  4. a b et c Sébastien Falleti, « Masayoshi Son à la poursuite de l'homme augmenté », Le Figaro, encart « Économie », vendredi 18 août 2017, page 23.
  5. « Fortune de Masayoshi Son », sur Forbes,

Liens externes[modifier | modifier le code]