Martine Broda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Broda.
Martine Broda
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Martine Broda (née à Nancy le et morte à Paris le [1]) est une poétesse, critique littéraire et traductrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi parallèlement des études de lettres et de philosophie, Martine Broda s'est principalement consacrée à la poésie, faisant notamment partie du collectif de la revue Action poétique, et, en tant qu'attachée de recherches au CNRS, son travail a porté sur la poésie moderne. Au-delà de sa propre création poétique, elle est particulièrement connue pour ses traductions et ses commentaires de la poésie de Paul Celan.

Elle repose au cimetière du Montparnasse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Éblouissements, Flammarion, 2003.
  • Poèmes d'été, Flammarion, 2000.
  • Huit Pages à propos de la Shoah dans Robert Antelme, Gallimard, 1996.
  • Poèmes d'Éblouissements dans 29 femmes/une anthologie, Stock, 1994.
  • Grand jour, Belin, 1994, (l'Extrême contemporain).
  • Ce recommencement, Unes, 1992 (avec Frédéric Benrath).
  • Passage, Lettres de Casse, 1985.
  • Tout ange est terrible, Clivages, 1983 (avec André Marfaing).
  • Double, La Répétition, 1978 (avec Gisèle Celan-Lestrange).

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Paul Celan, La Rose de personne / Die Niemandsrose, édition bilingue, Le Nouveau Commerce 1979. Nouvelle édition, Corti, 2002.
  • Paul Celan, Grille de parole, Bourgois, 1991.
  • Paul Celan, Enclos du temps, Clivages, 1985.
  • Nelly Sachs, Énigmes en feu, in Eli, lettres, Énigmes en feu, Belin, 1989.
  • Nelly Sachs, Celle qui se met en quête, dans Po&sie, no 69, 1994.
  • T. S. Eliot, East Coker, (un des quatuors), dans Europe, no 830-831, juin-juillet 1998.
  • Walter Benjamin, La Tâche du traducteur, Cerf, à paraître.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Pour Roberto Juarroz, Corti, 2002.
  • L'amour du nom, essai sur le lyrisme et la lyrique amoureuse, José Corti, 1997 (Prix de l'Académie française).
  • Dans la main de personne, essai sur Paul Celan, La Nuit surveillée, Cerf, 1986 ; puis réédition augmentée, Cerf, 2002.
  • Jouve, L'Âge d'homme et Cistre, 1981.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]