Marmite en fonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une marmite en fonte.

Une marmite en fonte est un récipient métallique destiné à la cuisson des aliments, ainsi qu'au chauffage de l'eau.

Marmite en fonte de fer[modifier | modifier le code]

Les marmites étaient en fonte de fer avant l'emploi de l'aluminium qui résolut la question de la rouille qui les endommageaient. Souvent conçues pour être aisément suspendues au-dessus du feu par une grande anse pivotant de part et d'autre de leur partie supérieure, leur volume excédait rarement une vingtaine de litres ; leur fond était ordinairement proche de l'hémisphère et muni de trois pieds permettant son usage en dehors du cœur même du feu.

Marmite en fonte d'aluminium[modifier | modifier le code]

Une marmite en fonte d'aluminium est habituellement équipée de deux anses en oreilles à section quasi-rectangulaire, avec un couvercle légèrement bombé décoré de cercles concentriques en relief et surmonté d'une anse à section ronde. Cet ustensile de cuisine connait une popularité sortant de l'ordinaire dans la plupart des régions tropicales, notamment insulaires, dans le Pacifique Sud et en Afrique. Elle est utilisée intensivement en cuisine dans ces régions. Ces marmites se déclinent dans une large gamme de tailles, de celles qui tiennent dans la main et qui sont vendues comme objet de décoration, aux très grandes tailles pour la cuisine de fête.

Les cocottes avec un revêtement anti-adhésif ont tendance à concurrencer les marmites « traditionnelles », cependant il existe fréquemment un lien affectif fort entre les cuisinières et cet ustensile, et sa robustesse, particulièrement adaptée à la cuisson au feu de bois, qui a largement participé à sa popularité continue à rester un argument de vente.

Pendant des décennies, la Manufacture française de Saint-Étienne a commercialisé via son célèbre catalogue Manufrance des marmites en aluminium, dites en aluminium massif, en complément des marmites, faitout, marmite haute, de moindre épaisseur. Les modèles ronds étaient référencées sous le nom de coquelle ronde avec un diamètre de 22, 24 ou 26 centimètres ; la coquelle ovale, destinée à la cuisson des gigots, avait un grand diamètre de 24, 26 ou 28 centimètres[1]

La dernière usine française fabriquant ce type de marmite en fonte devait être fermée dans les années 1980, mais la popularité de ce produit dans l'ensemble des départements et territoire outremer français ont conduit un commerçant de Polynésie française à la racheter et à maintenir son activité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue Manufrance de 1957, p. 458-459.