Marie van Zandt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marie Van Zandt)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van Zandt.
Marie Van Zandt
Description de cette image, également commentée ci-après

Marie Van Zandt dans le rôle de Lakmé, cliché Benque & Cie (1883)

Surnom Miss Fauvette
la princesse Fauvette
la fée Caprice
Naissance
New York
Décès (à 61 ans)
Cannes (Alpes-Maritimes)
Activité principale Cantatrice
Soprano
Lieux d'activité Londres
Paris
Années d'activité 1879-1891

Répertoire

Mignon (1880)
Le Pardon de Ploërmel (1881)
Lakmé (1883)

Scènes principales

Covent Garden
Opéra-Comique

Marie Van Zandt est une cantatrice américaine née le à New York[1] et morte le à Cannes (Alpes-Maritimes)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie Van Zandt dans le rôle-titre de Mignon (1880).
Portrait de Van Zandt par Valentin Serov (1886).

D'origine hollandaise, Marie Van Zandt naît dans une famille aisée. Dotée d'une jolie voix de soprano, elle suit des cours de chant en 1879 à Milan (Italie) avec Francesco Lamperti. Elle fait ses débuts sur la scène de l'opéra de Turin dans le rôle de Despina du Cosi fan tutte de Mozart. Mais pour arriver au sommet de la gloire, il faut absolument se produire à Paris.

Sa mère connaissant un peu la capitale française puisqu'elle compte quelques amis au faubourg Saint-Germain, présente sa fille à Léon Carvalho, directeur de l'Opéra-Comique qui tombe sous le charme et la fait débuter le dans le rôle-titre de Mignon, le célèbre opéra d'Ambroise Thomas[3],[4]. Au baisser du rideau, la jeune diva de 19 ans a conquis tout Paris. Surnommée « Miss Fauvette » ou la « princesse Fauvette »[5] par le public, elle enchaîne les succès avec Le Pardon de Ploërmel de Giacomo Meyerbeer (rôle de Dinorah) et Les Noces de Figaro de Mozart (rôle de Chérubin).

Alors qu'elle vient de créer avec un grand succès le rôle-titre de l'opéra de Léo Delibes Lakmé ()[6], elle annonce à Carvalho que, souffrante, elle doit annuler une représentation ; même chose deux semaines plus tard, alors qu'on murmure que la diva « défaillante » a été aperçue le soir même en train de « cachetonner » à une réception mondaine. La « princesse Fauvette » devient dès lors la « fée Caprice »[7]. Le , elle doit interpréter pour la première fois Rosine dans Le Barbier de Séville de Gioachino Rossini. Dans un état second, elle s'avère incapable de chanter et doit se retirer devant une salle comble, sous les sifflets et les huées[8]. Elle est remplacée au pied levé par sa doublure, Cécile Mézeray, opportunément présente dans la salle. Certains journalistes évoquent un abus d'alcool[9], d'autres un mélange de calmants et de vin Mariani absorbé en raison du trac[réf. nécessaire]. Le scandale agite la presse durant plusieurs semaines.

Après quatre mois de silence, Marie Van Zandt fait sa rentrée dans Lakmé. La publicité aidant, la salle est pleine et elle remporte finalement un triomphe. Mais une cabale organisée dès la troisième représentation génère une violente bagarre devant l'Opéra-Comique entre policiers et étudiants[10]. À la suite de cette nouvelle mésaventure, la cantatrice annonce au directeur qu'elle ne chantera plus à Paris[11].

Plaque funéraire au Père-Lachaise

Elle parcourt le monde, riche et fêtée, elle chante par exemple en tournée au théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg en 1885 où elle interprète Lakmé et y revient plusieurs fois jusqu'en 1891. Elle chante pour les invités de Mme Lemaire, où elle croise Marcel Proust, et fréquente la haute société parisienne. Elle épouse le comte Micha de Tcherinoff qui l'introduit à la cour de Russie. Devenue veuve, elle se retire à Cannes où elle mène une vie paisible jusqu'à sa mort à l'âge de 61 ans[12]. Ses cendres reposent au colombarium du Père-Lachaise (case 5890).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Le banquier Alphonse de Rothschild fut l'un des admirateurs les plus fervents de Marie van Zandt : il louait tous les soirs les deux premiers rangs d'orchestre pour y placer ses amis et sa famille, chargés de soutenir et applaudir la diva[réf. nécessaire].
  • Marie van Zandt était l'égérie du compositeur français Jules Massenet[réf. nécessaire].
  • Marie van Zandt est l'arrière-petite-fille de Wynant van Zandt III (1765-1831), président de la commission d'édification du New York City Hall[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Courrier des théâtres », Le Figaro, 14 janvier 1920, p. 3, disponible sur Gallica. Certaines sources mentionnent le Texas. Cf. Jules Prével, « Courrier des théâtres », Le Figaro, 24 septembre 1883.
  2. « À propos de la mort de Marie Van Zandt », Comœdia, 14 janvier 1920, p. 3, disponible sur Gallica.
  3. « Paris-Théâtre », Le Petit Parisien, 21 mars 1880, p. 4, disponible sur Gallica.
  4. Félix Jahyer, « Marie Van Zandt de l'Opéra-Comique », Camées artistiques n°54, mai 1881.
  5. « Carnet d'un mondain », Le Figaro, 15 janvier 1882, p. 1, disponible sur Gallica.
  6. « Lakmé » (p.1-2), « La Soirée théâtrale » (p.3), Le Figaro, 15 avril 1883, disponible sur Gallica.
  7. Jules Prével, « Courrier des théâtres », Le Figaro, 24 septembre 1883, p. 4, disponible sur Gallica.
  8. Frimousse, « La Soirée parisienne », Le Gaulois, 9 novembre 1884, p. 3, disponible sur Gallica.
  9. « Une chanteuse... émue », Le Petit Parisien, 21 novembre 1884, p. 2-3, disponible sur Gallica.
  10. « Nouvel incident Van Zandt », Le Petit Parisien, 25 mars 1885, p. 2, disponible sur Gallica.
  11. Si on excepte une brève réapparition à l'Opéra-Comique dans Lakmé en 1896.
  12. 59 selon la presse de l'époque, la date de naissance « officielle » de la cantatrice étant alors le 9 octobre 1861. Cf. Jules Prével, « Courrier des théâtres », Le Figaro, 24 septembre 1883.
  13. « Wynant Van Zandt III (1765-1831) », Luce Center, New-York Historical Society.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alex Madis, « La Carrière mouvementée de Marie van Zandt », Histoire pour tous n°94, février 1968, p. 370 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Eric van Zandt, La Trace de nos pères : Histoire des Van Zandt, éd. Christian, Paris, 2001
  • Eric van Zandt, Marie van Zandt ou le Caprice parisien (autopublication), Mortagne-au-Perche, 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]