Madeleine Lemaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemaire.
Madeleine Lemaire
Félix Nadar - Madeleine Lemaire.jpg

Madeleine Lemaire photographiée par Paul Nadar
(1891, détail)[1].

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jeanne Magdelaine Colle
Nationalité
Activités
Maître
Domicile
Enfant
Suzette Lemaire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Madeleine Lemaire, née Jeanne Magdelaine Colle, est une artiste peintre, illustratrice et salonnière française, née le [2] aux Arcs et morte dans le 8e arrondissement de Paris le [3].

Elle fut l'un des modèles qui inspira le personnage de Madame Verdurin dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeanne Magdelaine Colle épouse Casimir Louis Philippe Lemaire, employé à l’hôtel de ville, le dans le 8e arrondissement de Paris[4].

Elle est l'élève de Jeanne-Mathilde Herbelin (1820-1904)[5] et de Charles Chaplin. Elle se spécialise dans les scènes de genre (parfois dans le goût du XVIIIe siècle) et mondaines, et surtout dans les natures mortes et les fleurs. Elle débute au Salon de 1864, où elle expose tout au long de sa vie, y recevant des prix en 1877 et en 1900. Elle expose également au Salon de la Société des aquarellistes français (en) à partir de 1879. Madeleine Lemaire illustre aussi des livres, comme Les Plaisirs et les Jours de Marcel Proust, ou L'Abbé Constantin de Ludovic Halévy, ou encore les poèmes de Robert de Montesquiou.

Pierre Georges Jeanniot, Une Chanson de Gibert dans le salon de Madame Madeleine Lemaire (1891), Roubaix, La Piscine.

Chaque mardi, d’avril à juin, Madeleine Lemaire reçoit le Tout-Paris[6] dans son hôtel particulier parisien du no 31 rue de Monceau, dans ce qu'André Germain appelle « de chaudes tueries. » Son jardin est planté de lilas. Elle reçoit aussi bien l’aristocratie du faubourg Saint-Germain (les La Rochefoucauld, Luynes, Uzès, Haussonville, Chevigné, Greffulhe, la comtesse de Pourtalès, Boni de Castellane, la marquise de Casa Fuerte[7], la duchesse Grazioli, les Brissac, etc.) que de jeunes artistes et des célébrités de la scène ou de la politique. Comme Mme Verdurin, dont elle est l'un des modèles, elle a des arrêts définitifs du genre : « Je ne veux pas de ça chez moi ! » (Ghislain de Diesbach).

Son atelier transformé en salon accueille des personnalités aussi diverses que de jeunes talents qu'elle lance comme Marcel Proust (qui est invité à partir de 1892[8] et décrit son salon pour les lecteurs du Figaro) et Reynaldo Hahn[9] ou des artistes au sommet de leur gloire, comme Victorien Sardou, Guy de Maupassant, Paul Bourget, Mounet-Sully, Sarah Bernhardt ou François Coppée. Des cantatrices viennent y donner des récitals privés comme Emma Calvé, Gabrielle Krauss (en) ou Marie Van Zandt, car, comme chez Mme de Saint-Marceau, la musique est à l'honneur chez Madeleine Lemaire contrairement au salon de Mme Arman de Caillavet. Elle y invite par exemple Camille Saint-Saëns[10] ou Jules Massenet. Des comédiens que les salons parisiens se disputent viennent obligatoirement à ses réceptions, ainsi de Lucien Guitry, Réjane[11], Tony, dit Marshall le grand, ou des auteurs à la mode comme Henri Rochefort, Robert de Flers, Francis de Croisset, Georges de Porto-Riche, le jeune Gaston Arman de Caillavet, le poète Robert de Montesquiou[12] dont elle est proche. Madeleine Lemaire invite aussi bien la grande-duchesse Wladimir, la duchesse douairière d’Uzès[13] que Marie Diémer, le chanteur Félix Mayol que Coquelin aîné, le journaliste Gaston Calmette qu'Anatole France. La politique est représentée par Raymond Poincaré, Paul Deschanel, ou Émile Loubet, et la peinture par Jean-Louis Forain, Jean Béraud (dont certaines scènes rappellent celles d'Elstir dans l'œuvre de Proust[14]) ou Pierre Puvis de Chavannes, les portraitistes mondains Antonio de La Gandara et Raimundo de Madrazo, le peintre de bataille Édouard Detaille, etc. Des généraux, comme le général Brugère, peuvent y croiser l'ambassadeur de Russie, ou bien celui d'Allemagne ou celui du royaume d'Italie.

André Germain, qui fut son invité, l'appelait « la massacreuse de roses[15] », et la trouvait « laide, disgracieuse et autoritaire. » Il décrit ses réceptions de ces mots : « On étouffait chez elle, dans des soirées pénibles, avec de longs intermèdes musicaux[15]. »

Le , elle donne un bal costumé dont le thème est Athènes au temps de Périclès[16]. Les invités aristocratiques s'y pressent (sauf Montesquiou qui se méfiait de la désacralisation qu'une telle soirée infligeait au Parnasse des poètes et des philosophes) en faisant des entrées théâtrales. Proust y assiste caché dans un coin, en habit et en pelisse, ayant refusé de se déguiser[17].

L’été, Madeleine Lemaire déplace ses invités et les installe dans son château de Réveillon (qui rappelle La Raspelière de la Recherche), dans la Marne, ou dans sa villa dieppoise, au no 32 rue Aguado, où elle invite notamment Proust et Reynaldo Hahn.

Elle fait partie de la délégation de femmes françaises artistes présentées à l'Exposition universelle de 1893 à Chicago, regroupées dans le Woman's Building[18] ; elle exécute l'affiche officielle et la couverture du catalogue.

Elle est en 1900 le professeur de l’aquarelliste Blanche Odin. Marie Laurencin fait également partie de ses élèves[19].

Peintre — quelque peu oubliée — spécialisée dans les compositions florales, Alexandre Dumas fils, dont elle a été la maîtresse[20] a dit d’elle : « C'est elle qui a créé le plus de roses après Dieu. On la surnommait après Robert de Montesquiou « l’impératrice des roses[21]. » Elle exposait en particulier à la galerie Georges Petit[22] ou chez Georges Beugniet.

Elle est nommée chevalier de la Légion d'honneur en 1906[23]. Ses insignes lui furent remis par Léon Bonnat.

Albert Besnard exécuta son portrait (précédé d'une esquisse à l'eau-forte[24]).

Une trentaine de ses œuvres — pastels, huiles et aquarelles — ont été exposées, en avril-juin 2010 au musée Marmottan-Monet à Paris, dans le cadre d’une exposition consacrée aux femmes peintres au temps de Marcel Proust. Les musées de Dieppe, de Mulhouse et de Toulouse possèdent quelques-unes de ses œuvres, et le musée du Louvre possède l'aquarelle Valet de chambre portant une lettre et un Bouquet de l'ancienne collection Le Masle.

Sa fille, Suzette Lemaire, également artiste peintre, vendra le petit hôtel particulier de sa mère à sa mort, et s'installera au château de Réveillon[25].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

  • Le Chariot des fées, huile sur toile, collection particulière, exposée au Woman's Building Fine Arts Palace en 1893 et à Paris au musée Marmottan Monet en 2010.

Ouvrage illustré[modifier | modifier le code]

  • Ludovic Halévy, L'Abbé Constantin, Paris, Boussod Valadon et cie, 1887.
  • Paul Hervieu, Flirt, Paris, Boussod Valadon et cie, 1890.
  • Marcel Proust, Les plaisirs et les jours, préface d'Anatole France ; et quatre pièces pour piano de Reynaldo Hahn, Paris, Calmann Lévy, 1896.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Marie Bernard, Le monde de Proust vu par Paul Nadar [Exposition « Le monde de Proust, photographies de Paul Nadar », Paris, 1991], Paris, Éd. du patrimoine, 1999 (1re éd. 1991) (ISBN 2-85822-307-6) (présentation en ligne).
  2. Archives départementales du Var en ligne, acte de naissance 7 E 4/26, vue 33/133, acte 30.
  3. Archives de Paris, Paris 8, acte de décès du 9 avril 1928, 8D 198, vue 15/31, acte de décès 743.
  4. Archives de Paris en ligne, acte de mariage V4E 908, vue 4/14, acte 238.
  5. (en) Madame Herbelin: a Miniaturist of the Second Empire, sur yorktaylors.free-online.co.uk.
  6. André Becq de Fouquières, Mon Paris et mes Parisiens, ch. II : « Le quartier Monceau », Paris, éd. Pierre Horay, 1954.
  7. Nièce de l'impératrice Eugénie
  8. William Howard Adams, En souvenir de Proust, traduit de l'anglais par Milena Hrdina, Paris, La Bibliothèque des arts, 1985, p. 38.
  9. « Marcel Proust, qui a vingt-deux ans, fait la connaissance chez Mme Lemaire de Reynaldo Hahn qui en a dix-neuf, lorsque ce dernier vient interpréter au printemps 1894 ses Chansons grises. Ils passent ensuite une partie de l'été 1894 invités par Mme Lemaire au château de Réveillon », in George Painter, op. cit., p. 227.
  10. William Howard Adams, op. cit., p. 43 : « C'est avec Hahn que Proust entendit pour la première fois la sonate en ré mineur pour violon et piano de Saint-Saëns [modèle de la sonate de Vinteuil], au cours d'une réception chez Mme Lemaire. »
  11. Dont elle fit le portrait.
  12. Il vient par exemple réciter ses poésies issues de son recueil Les Chauve-souris au printemps 1892 (Anne de Cossé-Brissac, La Comtesse Greffulhe, Paris, Librairie académique Perrin, 1991, p. 107).
  13. (en) The Salon of Mme Madeleine Lemaire, d'après l'article du Figaro de Marcel Proust.
  14. George Painter, Marcel Proust, traduction de l'anglais par G. Cattaui et R.-P. Vial, tome I, Paris, Mercure de France, 1966.
  15. a et b André Germain, op. cit., p. 51.
  16. Le carton d'invitation mentionne : « banquet, défilé, bal et costumes strictement de style grec classique ».
  17. George Painter, op. cit., p. 399.
  18. (en)K.L. Nichols, « French Women Painters: 1893 Chicago World's Fair and Exposition », sur arcadiasystems.org.
  19. Bertrand Meyer-Stabley, Marie Laurencin, Paris, Éd. Pygmalion, 2011, p. 35.
  20. Suzette Lemaire, sa fille, « devait remarquer, bien longtemps après, que Dumas [fils] était le seul des amants de sa mère sur lequel elle n'eût jamais eu de doutes « parce qu'elle l'appelait toujours Monsieur » ; in George Painter, op. cit., p. 152.
  21. André Germain, op. cit., p. 52.
  22. Anne de Cossé-Brissac, op. cit., p. 132.
  23. « Dossier dans l'ordre de la Légion d'honneur de Jeanne Magdelaine Lemaire », base Léonore, ministère français de la Culture.
  24. N° 129 du catalogue de l’œuvre gravé de Besnard par Louis Godefroy chez Delteil.
  25. André Becq de Fouquières, op. cit., p. 205-208.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique (alias Marcel Proust), « Le salon de Mme Madeleine Lemaire », Le Figaro, 11 mai 1903.
  • André Germain, Les Clés de Proust, Paris, Éditions Sun, 1953.
  • Bernard Grassin-Champernaud, Femmes peintres et salons au temps de Proust, de Madeleine Lemaire à Berthe Morisot, Paris, Éd. Hazan, 2010 (ISBN 2-7541-0454-2).
    Catalogue de l'exposition du musée Marmottan Monet.
  • Henri Raczymow, Le Paris retrouvé de Marcel Proust, Paris, Parigramme, 2005, p. 102-107.
  • (en) Bénézit (ISBN 9780199773787 et 9780199899913, lire en ligne).
  • J. P. A. Akoun, Akoun CV - XIX - XX Répertoire biographique d'artistes de tous pays des XIXe et XXe siècles (ISBN 9782859174293, lire en ligne), p. 847.
  • Yves Uro, Madeleine Lemaire, une amie de Marcel Proust, Paris, L'Harmattan, 2015 (ISBN 978-2-343-05989-1).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :