Vin Mariani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vin Mariani
Image illustrative de l’article Vin Mariani
Affiche publicitaire pour le vin Mariani destinée à l'étranger (lithographie de Jules Chéret, 1894).

Pays d’origine Drapeau de la France France
Date de création 1863
Site web https://www.vinmariani.fr/

Le vin Mariani est une boisson tonique française créée en 1863 par le pharmacien Angelo Mariani, à partir de feuilles de coca macérées dans du vin de Bordeaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Le pape Léon XIII dans une publicité en anglais pour le vin Mariani.

Cette boisson, très consommée à la Belle Époque (la publicité, au travers de l'Album Mariani, se fondait sur des témoignages enthousiastes de personnalités, parmi lesquelles le pape Léon XIII) est parfois considérée comme la préfiguration du Coca-Cola (son concepteur John Pemberton l'aurait d'abord copiée avant d'en enlever le vin, dans le cadre de la Prohibition, pour concevoir sa boisson). Avant la Première Guerre mondiale, il s'en vend dix millions de bouteilles par an[1].

N'ayant pas été brevetée, elle fut tout d'abord imitée, puis interdite dans certains États des États-Unis (prohibition de l'alcool) puis en France et ailleurs (interdiction de la cocaïne, principe actif de la feuille de coca).

Renaissance au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2014, Christophe Mariani, restaurateur à Ajaccio, en accord avec la famille d'Angelo Mariani, le créateur du breuvage, a relancé la production du vin Mariani, mais avec une formulation décocaïnisée[2],[1], et choisit le Vermentino, un cépage corse[3].

En 2017, il rencontre Evo Morales, président de la République bolivienne[2] qui souhaite faire fabriquer dans son pays le breuvage à base de feuilles de coca[4].

Conflit avec Coca-Cola[modifier | modifier le code]

En 2019, la firme américaine Coca-Cola, à la suite de la demande d'enregistrement de la marque au niveau européen[5], demande son annulation auprès de l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle [6],[7].

Le motif en est que cette appellation pourrait créer une confusion dans l'esprit des consommateurs[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Alessandrini et Toussaint Alessandrini, Le Vin Mariani : ou L'histoire de la première boisson à la coca, Biguglia, Stamperia Sammarcelli, , 178 p. (OCLC 835321378).
  • Aymon de Lestrange (préf. François Monti), Angelo Mariani, 1838-1914 : Le vin de coca et la naissance de la publicité moderne, Paris, Intervalles, , 190 p. (ISBN 978-2-36956-035-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]