Marie-Françoise André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Françoise André
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Marie-Françoise André, née le , est une géographe et géomorphologue française spécialisée dans l'étude de l'architecture des paysages dans les pays des latitudes nord (Norvège, Canada, Suède). Elle applique ensuite ses connaissances sur l'érosion de la pierre dans le domaine de la préservation du patrimoine, notamment à Angkor.

Biographie[modifier | modifier le code]

Spécialisée en géomorphologie, elle intègre à sa création en 1993 le Laboratoire de géographie physique et environnementale (GEOLAB)[1]. Depuis 1997, elle est professeur de géographie à l'Université Blaise Pascal[2] et assure la direction du GEOLAB pendant neuf ans (1998-2007)[1]. Elle est membre de l'Académie des sciences d'outre-mer[3] et membre senior de l'Institut universitaire de France (2010-2015)[4].

Travaux[modifier | modifier le code]

Sa thèse, soutenue en 1991[5], porte sur la dynamique et l’évolution des versants au Spitzberg. Elle étudie ensuite les mutations paysagères au cours du temps et l'influence des variations climatiques dans plusieurs terrains au Labrador, en Laponie suédoise, dans la péninsule antarctique et dans le Massif Central[2]. Elle publie ensuite des travaux d’épistémologie sur la géomorphologie[6] et la recherche française sur les pôles[7].

A partir des années 2000, Marie-Françoise André axe ses travaux sur l'évolution de l’érosion de la pierre dans les monuments historiques[8]. Dans le cadre du projet pluridisciplinaire Ta Keo à Angkor, à l'aide de la photogrammétrie et de la géomatique, son équipe parvient à montrer le rôle protecteur de la forêt[9] et donc l’accélération de la dégradation des temples liée à la déforestation[10]. Ce travail sur les raisons et la vitesse de la dégradation des monuments, ainsi que le lien entre géomorphologie et patrimoine[11] a été récompensé par une médaille d'argent du CNRS[12] et s'est poursuivi dans le Massif Central[13] et en Guyane[14].

Enseignante émérite, elle a dirigé une vingtaine de thèses, publié une soixantaine d'articles et rédigé plusieurs ouvrages généralistes sur les paysages polaires[15].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

(en) Monique Fort, Marie-Françoise André, Landscapes and Landforms of France, Springer, , 296 p. (ISBN 9402406697)

Alain Godard, Marie-Françoise André, Les milieux polaires, Armand Colin, , 460 p. (EAN 9782200289874)

Marie-Françoise André et Fabienne Lemarchand, Cap sur les pôles : 100 questions sur les mondes polaires, Omniscience, , 222 p. (EAN 9782916097251)

Le monde polaire : Mutations et transitions, Ellipses, , 187 p. (EAN 9782729826833)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Site web de la BNF » (consulté le 11 mars 2021)
  2. a et b Laboratoire GEOLAB - UMR 6042, « Présentation de Marie-Françoise André », sur http://geolab.univ-bpclermont.fr (consulté le 5 février 2014)
  3. Académie des sciences d'outre-mer, « Présentation de Marie-Françoise André », sur http://www.academieoutremer.fr (consulté le 5 février 2014)
  4. Institut universitaire de France, « Présentation de Marie-Françoise André », sur http://www.iufrance.fr/, (consulté le 23 avril 2016)
  5. « Les dynamiques spatio-temporelles d'un petit hydrosystème arctique : approche nivo-glaciologique dans un contexte de changement climatique contemporain (bassin du glacier Austre Lovén, Spitsberg, 79°N) », sur www.theses.fr (consulté le 11 mars 2021)
  6. Marie-Françoise André, « La recherche française en géomorphologie : état des lieux et pistes de réflexion (Recent trends in French geomorphology) », Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 79, no 1,‎ , p. 15–27 (DOI 10.3406/bagf.2002.2251, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  7. Marie-Françoise André, « Arctique-Antarctique : tendances actuelles de la recherche géographique française (Recent trends in french polar geographical research) », Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 80, no 4,‎ , p. 343–348 (DOI 10.3406/bagf.2003.2342, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  8. Marie-Françoise André, « Detecting and predicting climate effects on cultural stone deterioration », Scientific Computing and Cultural Heritage,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  9. Marie-Françoise André et Thomas Warscheid, « The protective role of trees and biofilms in the Angkor archaeological park and related heritage sites », International Co-ordinating Committee for the Safeguarding and Development of the Historic Site of Angkor, UNESCO,‎ , p. 46–48 (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  10. Marie-Françoise André, Denis Mercier, Samuel Étienne et Olivier Voldoire, « Approche géographique de l'érosion des temples d'Angkor : enjeux et perspectives (Geographical approach of the Angkor temple degradation : current issues and prospect) », Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 85, no 1,‎ , p. 105–117 (DOI 10.3406/bagf.2008.2603, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  11. Marie-Françoise André, Martine Ambert, jean-jacques delannoy et Fabien Hoblea, « Géomorphologie et patrimoine. », dans Géomorphologie de la France, Dunod, (lire en ligne), p. 201–214
  12. a et b CNRS, « Médailles d'argent du CNRS - Les lauréats 2011 », sur http://www.cnrs.fr, (consulté le 5 février 2014)
  13. Marie-Françoise André, Bruno Phalip, Julia Bonneau et Murielle Robert, « La durabilité de la pierre monumentale des églises du Massif central : éléments de diagnostic et perspectives de recherche (Stonework durability of the French massif central churches : preliminary diagnosis and future developments) », Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 85, no 1,‎ , p. 95–104 (DOI 10.3406/bagf.2008.2602, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  14. Marie-Françoise André, Pierre Boivin, Anne-Laure Goron et Erwan Roussel, « Mission “ Roches gravées de Guyane ” (20-30 juin 2013). », Rapport d'étape., Direction des Affaires Culturelles de Guyane,‎ , p. 39 pages (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  15. « Base de données IDREF », sur IDREF (consulté le 11 mars 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]