Marcos Ana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcos Ana
Marcos Ana (Feria del Libro de Madrid, 6 de junio de 2009).jpg
Marcos Ana en 2009.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Fernando Macarro CastilloVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Marcos AnaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Genre artistique
Lieu de détention
Prison de Porlier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Fernando Macarro Castillo, connu sous le nom de Marcos Ana, prénoms de son père et de sa mère, est un poète espagnol né dans le village de Alconada en Espagne, le et mort le [1] à Madrid. Il fut, selon le quotidien El Pais, « Le prisonnier politique ayant passé le plus de temps dans les geôles franquistes »[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de paysans sans terres, il grandit dans la ville de Alcalá de Henares et commence à militer dans une organisation catholique avant de rejoindre les jeunesses communistes. Il combat pendant la guerre sur le front de Madrid les troupes franquistes mais est démobilisé en raison de son trop jeune age. Son père est tué dans un bombardement de l'aviation allemande sur son immeuble, en 1937[3].

Arrêté à la fin de la guerre et condamné à mort pour sa participation présumée à l’assassinat de trois personnes, Marcial Plaza, un prêtre de 41 ans, Amadeo Martín, un facteur de 24 ans, et Agustín Rosado, un agriculteur de 45 ans, sa peine est commuée à 60 ans de prison, les faits ayant été commis alors qu’il était mineur, tandis que les autres condamnés sont exécutés. Il a toujours nié sa participation aux assassinats dont il fut accusé. En prison, il participe à une « université clandestine » animée par des prisonniers communistes, où les détenus apprennent à lire et écrire, reçoivent des cours d'éducation politique et peuvent se procurer des livres. Il commence à écrire des poèmes, qu'il signe « Marcos Ana », prénoms de ses parents, après avoir appris la mort de sa mère[3].

En 1961, il bénéficie d’un indult de Franco et s’exile à Paris, où il préside le Centre d'information et de solidarité, avec Picasso , avant de revenir en Espagne après la mort de ce dernier[2]. Il continue les luttes politiques, notamment en soutenant le juge Baltasar Garzon, accusé d'avoir enfreint la loi d’amnistie des crimes franquistes et contre le traité de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis.

En 2010, il reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (es) Poemas desde la cárcel (1960)
  • (es) Las soledades del muro (1977)
  • (es) Decidme cómo es un árbol (2007)
  • (es) Vale la pena luchar (2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Se apaga a los 96 años la voz libre y resistente del poeta Marcos Ana », sur El País, (consulté le 25 novembre 2016)
  2. a et b (es) « Mort du poète engagé Marcos Ana », sur Le Figaro, (consulté le 25 novembre 2016)
  3. a et b Sandrine Morel (Madrid correspondance), « Marcos Ana, poète et opposant à Franco, est mort », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. (es) « Relación de premiados del año 2010 », sur Ministère de la Culture, (consulté le 18 janvier 2015) [PDF].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcos Ana (trad. Ángeles Muñoz et Sara Albert), Dites-moi à quoi ressemble un arbre! Mémoires de prison et de vie [« Ditemi com'è un albero : memoria de la prision y la vida »], Bruxelles, Belgique, Aden Éditions, , 400 p. (ISBN 9782930402987)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :