Manolo Millares

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Manuel Millares Sall)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Manolo Millares
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière civil de Madrid (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail
Mouvement

Manolo Millares Sall (ou Manolo Millares) est un peintre et graveur espagnol, né aux Canaries à Las Palmas de Gran Canaria, le , et mort à Madrid, le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Autodidacte en tant qu'artiste, Millares est initié au surréalisme en 1948. En 1953, il s'installe à Madrid et devient peintre abstrait. En 1957 Millares et d'autres artistes ont fondé le groupe d'avant-garde El Paso (La Marche) à Madrid. Les membres d'El Paso au moment de la signature du manifeste et dans leurs premières expositions en groupe étaient les peintres Rafael Canogar, Luis Feito, Juana Francés, Manolo Millares, Manuel Rivera, Antonio Suárez, Antonio Saura et le sculpteur Pablo Serrano. Après avoir montré son travail à San Pablo en 1957, le travail de Millares a été présenté aux États-Unis depuis 1958. Il a acquis une réputation internationale au début des années 1960 et a eu une exposition personnelle à la Pierre Matisse Gallery de New York en 1961[1].

L'exposition Ateneo de Madrid de 1957 de ses toiles de jute et son inscription à la Biennale de Venise la même année lui valent une reconnaissance internationale et les marchands Pierre Matisse et Daniel Cordier signent des accords avec lui en 1959. En 1960, Millares présente sa première exposition personnelle à la Pierre Matisse Galerie, New York. Il participe à l'exposition European Art Today: 35 Painters and Sculptors au Minneapolis Institute of Arts, en 1959, et à Before Picasso: After Miró au Solomon R. Guggenheim Museum, New York (1960). Le travail de Millares a été inclus dans des expositions de groupe aux États-Unis tout au long de sa vie. En 1970, il a produit un film sur sa vie et son travail, filmé par sa femme Elvireta Escobio, qui montrait des images entrecoupées d'images de guerre, de fascisme et de paysages désolés.

En Espagne son œuvre était représenté par la Galeriá Juana Mordó[2]. Une des dernières expositions avant sa mort en 1972 et avec plus de 40 peintures et gouaches un aperçu complet a eu lieu du au à la galerie de Margarete Lauter à Mannheim en collaboration avec Juana Mordó[3]. Les peintures des dernières années de création de Millares sont enfin exposées dans sa dernière exposition de son vivant du au au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris.

Des expositions posthumes ont eu lieu à la Galerie Pierre Matisse, New York (1974), au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid (1992) et au Sen-oku Hakuko Kan Museum, Tokyo (2003). En 2004, le catalogue raisonné d'Alfonso de la Torre des peintures de Millares a été publié par la Fundacion Azcona et le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía.

Langage artistique[modifier | modifier le code]

Millares, l'un des peintres espagnols les plus importants de l'après-guerre 1945, est réputé pour ses spectaculaires collages créés à l'aide d'un sac en toile de jute. La toile de jute, parfois nue, était tendue, les pièces cousues grossièrement pour créer des larmes et des vides. Sa peinture vitale et gestuelle, dans des tons sombres, noir, blanc et rouge, éclaboussait et coulait sur la surface. Réalisées pour la première fois en 1953, les toiles de jute sont profondément ancrées dans la préhistoire des îles Canaries, en particulier celle des autochtones, les Guanches. Les cadavres embaumés de ce peuple préhispanique lui étaient connus grâce aux vastes expositions hébergées au Museo Canario de Las Palmas. Millares est associé au mouvement informaliste, qui a mis l'accent sur l'expérimentation formelle et l'engagement politique, et est considéré comme largement responsable de la renaissance de l'art espagnol moderne. Il a développé son propre langage visuel inspiré du peuple préhispanique, dont il a réconcilié les formes organiques peintes sur les parois des grottes avec l'automatisme des surréalistes. Millares a donc combiné tradition et expression directe, préhistoire et symbolisme contemporain.

Hommages[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « L'art espagnol contemporain doit beaucoup à cet artiste qui participa activement, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, au renouveau de la peinture contre les doctrines officielles. Millares fut sans doute l'artiste d'avant-garde espagnol le plus connu dans les années 1950. Ses œuvres décrivent le sentiment tragique de la souffrance physique et morale par le pouvoir expressif de la toile, matériau de base du tableau, déformée, nouée, cousue, brûlée, etc. » - Gérald Schurr[4]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-GB) Tate, « Manolo Millares 1926-1972 », sur Tate (consulté le 5 janvier 2020)
  2. « Archivo de la Galería Juana Mordó | Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía », sur www.museoreinasofia.es (consulté le 5 janvier 2020)
  3. (de) Manolo Millares et Galerie Lauter (Mannheim), Manolo Millares: Galerie Lauter, Mannheim, 24. September bis 4. Nov. 1971., Galerie Lauter, (OCLC 997464744, lire en ligne)
  4. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993, p. 720-721.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Millares: Obra en Canarias, works from collections in the Canary Islands, october-december 1989, (ISBN 978-8487137242)
  • José-Augusto França, Millares, Éditions Cercle d'art, Paris, 1991.
  • Millares: Museo Nacional Reina Sofia, Madrid, 9 de enero-16 de marzo, 1992. (ISBN 978-8480260008)
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Manolo Millares, luto de Oriente y Occidente, Madrid 2003. (ISBN 978-8496008229)
  • Manolo Millares - Antoni Tàpies: An Informel Step, De Sarthe Gallery, Hong Kong 2019.

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]