Manoir de Maupertus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Manoir de Maupertus
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Fondation
Entre XVe siècle et XVIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire initial
Famille de Pirou
Patrimonialité
Inscrit MH (partie en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le manoir de Maupertus est une demeure, des XVe – XVIe siècles, remaniée aux XVIIe et XIXe siècles, qui se dresse sur la commune française de Maupertus-sur-Mer dans le département de la Manche, en région Normandie.

Le manoir fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monuments historiques[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le manoir est situé à 200 mètres au nord de l'église Saint-Martin de Maupertus-sur-Mer, dans le département français de la Manche.

Historique[modifier | modifier le code]

On doit la construction du manoir à la famille de Pirou qui l'édifia au XVIe siècle[2]. Au XVIIe siècle[2], la famille des Jallot de Gonneville le complète. François Antoine de Longaulnay, gouverneur de Carentan, petit-fils de Charles Jallot de Gonneville, héritera du manoir et des terres. Cependant il n'y viendra qu'un fois ; il est occupé seulement par ses fermiers[3].

En 1887, Marie-Barbe de Longaunay, fille unique d'Antoine-Constantin de Longaunay qui a hérité du manoir en 1840 à la mort de son père, le vend à Madame Veuve Antoine Berteil de Paris[4].

Description[modifier | modifier le code]

Le manoir de Maupertus, du XVIe siècle[5], se présente sous la forme d'un long corps de logis que prolonge deux pavillons en forte saillie. Le plein au milieu de sa façade, qui lui confère une certaine austérité, est dû à l'emplacement des ouvertures placées aux endroits fonctionnel. Le manoir est un bon exemple des constructions de style Henri IV - Louis XIII. Il s'éclaire par des fenêtres à meneaux. À l'intérieur, on peut voir de belles cheminées Renaissance, dont celle du premier étage du début du XVIe siècle en calcaire, dotée d'une corniche décorée de feuillages, de grappes de raisins et d'animaux. Sur son linteau de style gothique flamboyant il subsiste une feuille sculptée, laissant supposer que d'autres ont disparu. Cette cheminée peut être comparée avec celles des manoirs d'Escarboville à La Pernelle et d'Inthéville[6]. Toujours au premier étage et près de la cheminée, un linteau de porte en calcaire est décoré de feuillages et d'animaux[6].

Des communs des XVIIe siècle[5] et une chapelle complètent l'ensemble. Un puits occupe la cour.

Protection[modifier | modifier le code]

Sont inscrits par arrêté du [1] :

  • les façades et toitures du manoir et de ses dépendances, y compris le puits ;
  • les cheminées du bureau et de la salle à manger au rez-de-chaussée et de la grande chambre au premier étage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Manoir », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a et b Thin 2013.
  3. Edmond Thin, Le Val de Saire : Trésors d'un jardin du Cotentin sur la mer, Éditions OREP, , 165 p. (ISBN 978-2-915762-82-2), p. 100.
  4. Jeannine Bavay, « Maupertus-sur-Mer », Vikland, la revue du Cotentin, no 5,‎ avril-mai-juin 2013, p. 32 (ISSN 0224-7992).
  5. a et b Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 140.
  6. a et b Thin, p. 101.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Thin, « Promenade archéologique », Vikland, la revue du Cotentin, no 5,‎ avril-mai-juin 2013, p. 14-15 (ISSN 0224-7992).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]