Maïssa Bey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maïssa Bey
Description de cette image, également commentée ci-après
Maïssa Bey, Comédie du Livre 2010, Montpellier
Naissance
à Ksar el Boukhari, Algérie
Activité principale
Distinctions
Grand Prix de la nouvelle de la Société des gens de lettres 1998,
Prix Marguerite Audoux[1],
Prix Cybèle 2005,
Grand Prix du roman francophone SILA 2008,
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Nouvelles d'Algérie,
Cette fille-là,
Au commencement était la mer,
Hizya,
Entendez vous dans les montagnes.

Maïssa Bey, nom de plume de Samia Benameur, née en 1950 à Ksar el Boukhari (Algérie), est une femme de lettres algérienne[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Maïssa Bey suit des études universitaires de lettres à Alger puis elle enseigne le français à Sidi-Bel-Abbès dans l'ouest algérien, où elle anime l'association culturelle "Paroles et écritures", créée en 2000, dont l'objectif est d'ouvrir des espaces d'expression culturelle (création d'une bibliothèque en 2005, avec organisation de rencontres avec des auteurs, ateliers d'écriture, lecture de contes, animations diverses pour les enfants,...)[3].

Elle a écrit plusieurs romans, des nouvelles, des pièces de théâtre, des poèmes et des essais. Elle a reçu en 2005 le grand prix des libraires algériens pour l'ensemble de son œuvre.[réf. nécessaire]

Appartenances littéraires[modifier | modifier le code]

Elle est l'une des figures de l'écriture féministe qui s'est intéressée à la situation de la femme algérienne depuis les années noires en Algérie. Elle incite les femmes par le biais de l'écriture a revendiqué leurs droits et de s'assumer dans une société patriarcale.[interprétation personnelle]

Résolues[non neutre], les femmes écrivaines algériennes dont Maissa Bey en fait partie, investissent l'espace de l'écriture, décidées à contribuer à la modification de l'état des choses et des lieux.[interprétation personnelle]

Elle a déclaré lors d'une interview : «  Pour moi, tout s’est passé comme ci tout a coup garder le silence équivalait à se rendre complice de ce que nous devions subir.  Et les mots ont été et sont toujours- Salvateurs en ce sens qu’ils m’ont aidée à mettre de l’ordre  dans le chaos que nous vivions au quotidien » [4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans
  • Au commencement était la mer[5], Éditions Marsa, 1996
  • Cette fille-là. Éditions de l'Aube, 2001 (Prix Marguerite Audoux)
  • Entendez-vous dans les montagnes, Éd. de l'Aube, 2002
  • Surtout ne te retourne pas. Éd. de l'Aube et Barzakh, 2005 (Prix Cybèle 2005)
  • Bleu, blanc, vert. Bleu, Éd. de l'Aube, 2006
  • Pierre, Sang, Papier ou Cendre, Éd. de l'Aube, 2008 (Grand Prix du roman francophone SILA 2008)
  • Puisque mon cœur est mort, Éd. de l'Aube, 2010 (Prix de l'Afrique Méditerranée/Maghreb 2010)
  • Hizya, Éd. l'Aube, 2015
Nouvelles
  • Nouvelles d'Algérie. Grasset, 1998 (Grand Prix de la nouvelle de la Société des gens de lettres 1998)
  • Sous le jasmin la nuit, Éd. l'Aube et Barzakh, 2004
Poésie
  • Sahara, mon amour, Éd. l'Aube, 2005 (photos O. Nekkache)
Essai
  • L'une et l'autre, Éd. de l'Aube, 2009
Théâtre
  • Tu vois c'que j'veux dire ?, Éd. Chèvre-feuille étoilée, 2013
  • On dirait qu'elle danse, Éd. Chèvre-feuille étoilée, 2014
  • Chaque pas que fait le soleil, Éd. Chèvre-feuille étoilée, 2015
Textes divers
  • À contre-silence, entretien avec Martine Marzloff, Paroles d'Aube, 1998

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Bonn, Échanges et mutations des modèles littéraires entre l’Europe et L’Algérie : Contre le silence sur l’origine : position narrative et foisonnement de voix féminines dans “Cette fille-là“, de Maïssa Bey, L’Harmattan, (ISBN 2-7475-6261-1, lire en ligne), p. 269.
  2. Christiane Ndiaye (dir.), Introduction aux littératures francophones: Afrique, Caraïbe, Maghreb, Les presses de l’université de Montréal, , 276 p. (ISBN 2-7606-1875-7, lire en ligne), p. 248.
  3. Claire et Reno Marca, Algérie. Soyez les bienvenus, Aubanel- Minerva (Genève), (ISBN 978-2-7006-0569-3), p.237.
  4. « Entretien avec l’écrivaine Maïssa Bey pour la revue Binatna », sur La France en Algérie (consulté le 1er décembre 2018)
  5. Ndiaye 2004, p. 248

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]