MPEG-5

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
MPEG-5
Caractéristiques
Développé par
Version initiale
2020
Type de format
vidéo

MPEG-5 est un standard d'encodage de fichiers vidéo spécifié par le Moving Picture Experts Group (MPEG) et qui sera officialisé fin 2020. Il est soutenu par de grandes marques de l'électronique comme Samsung, Huawei et Qualcomm.

Comme le MPEG-4, la norme est divisée en plusieurs parties (parts en anglais), qui spécifient un type de codage particulier. Le MPEG-5 Part 1 se place comme un concurrent à l'AV1 (soutenu entre autres par Amazon, Facebook, Google) et au H.266/VVC[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le projet a débuté en 2018 avec un appel d'offres réalisé en octobre[2]. L'officialisation se fera en octobre pour une sortie du standard en 2021.

Les parties[modifier | modifier le code]

MPEG-5 Part 1 (EVC)[modifier | modifier le code]

  • EVC pour Essencial Video Coding
  • Norme : ISO/IEC 23094-1 (déjà développé)

Le codec sera composé d'un profil de base (base profil) libre de droit et d'un profil principal (main profil) qui ne l'est pas. Ce dernier contiendra 21 outils pouvant être indépendamment activés ou non et offrant une compression accrue[3].

Licence[modifier | modifier le code]

1 Profil gratuit de base avec une efficacité au même niveau que MPEG-4.
21 niveaux de licence indépendants selon les 21 outils brevetés que vous souhaitez activer ou non.[3]

Logiciel[modifier | modifier le code]

MPEG-5 Part 2 (LCEVC)[modifier | modifier le code]

  • LCEVC pour Low Compression Enhancement Video Coding

Ce standard permettra d'améliorer la compression de n'importe quel flux vidéo quel que soit le codec de base utilisé[5].

Il est déjà possible d'encoder des fichiers vidéo avec LCEVC en utilisant FFmpeg 4.0.1-17 et la version 2.9 build 539246 du codec P+ de la entreprise privée V-Nova[6].

Licence[modifier | modifier le code]

Il existe une licence gratuite pour l'intégration en tant que lecteur logiciel (important pour les systèmes d'exploitation gratuits et Open Source tels que Linux et les lecteurs vidéo tels que VideoLAN) [7]

Mais l'utilisation de la couche d'amélioration du côté émetteur est soumise à des frais.[7]

Logiciel[modifier | modifier le code]

Matériel[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Moussie, « La guerre des codecs vidéo relancée par le MPEG-5 EVC », sur MacGénération, (consulté le )
  2. « Divideon », sur divideon.com (consulté le )
  3. a et b (en) Jonatan Samuelsson, Kiho Choi, Jianle Chen et Dmytro Rusanovskyy, « MPEG-5 Part 1: Essential Video Coding », SMPTE Motion Imaging Journal,‎ , p. 10-16 (ISSN 2160-2492, lire en ligne)
  4. « revcx/revc », REVCX, (consulté le )
  5. (en) « Low Compression Enhancement Video Coding », sur lcevc.com (consulté le )
  6. (en) « How to Encode with LCEVC », sur Streaming Media Magazine,
  7. a et b (en) « LCEVC Enhanced Video », sur Official LCEVC V-Nova website, (consulté le )
  8. (en) « LCEVC: Ready for Primetime », sur Streaming Media Magazine, (consulté le )
  9. (en) « Red5 Pro adds MPEG-5 LCEVC to its real-time latency platform to enhance quality in next-generation interactive applications », sur ottverse,
  10. (en) « V-Nova Enhance NETINT Transcoders With MPEG-5 LCEVC », sur thebroadcastbridge,

Liens externes[modifier | modifier le code]