Jacques Ruffié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Ruffié, né le à Limoux et décédé le , est un hématologue, généticien et anthropologue français. Il fonda une discipline, l'hémotypologie qui, par l'étude des caractéristiques sanguines, permet de retrouver l'historique des populations, leurs migrations et leurs métissages successifs.

Il fut membre de l'Académie des sciences dans la section de biologie humaine et de sciences médicales. Il fut également professeur honoraire au Collège de France, où il occupait la chaire d'anthropologie physique.

Il avait été aussi membre de la Résistance.

Il fut membre du conseil d'administration du Centre Royaumont pour une Science de l’Homme.

Parcours[modifier | modifier le code]

Il approfondit de front toute sa vie trois disciplines : hématologie, génétique et anthropologie. Il crée en 1960 l'hémotypologie, qui permet de retrouver un individu par ses caractéristiques sanguines et constitue un apport à la police scientifique qui se généralisera plus tard avec les tests ADN. Cette technique permet également des études sur les parentés des populations humaines, ainsi que sur le mouvement des populations.

Il écrit plusieurs ouvrages à thèse biologisante, De la biologie à la culture, Le sexe et la mort[3].

Il va à l'encontre de plusieurs idées reçues de son époque en établissant par cette méthode de traçage deux faits en anthropologie :

  • La notion de race a eu un sens dans l'humanité primitive
  • Une convergence s'établit dans l'espèce humaine depuis environ six mille ans, probablement liée au développement du commerce à grande distance

Cette influence à long terme du culturel sur le biologique influencera jusqu'à Stephen Jay Gould, qui la citera dans ses ouvrages grand public (Ever Since Darwin et The Panda's Thumb). Elle illustre un codéveloppement de l'hominisation et de l'humanisation déjà mentionné par Pierre Teilhard de Chardin.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse : Les groupes sanguins chez l'homme : étude sérologique et génétique
  2. Thèse : Séro-anthropologie des populations autochtones du Nord des Pyrénées
  3. Sébastien Lemerle, « Les habits neufs du biologisme en France », Actes de la recherche en sciences sociale, no 176-177,‎ , p. 75
  4. a et b [PDF] « Éloge de Jacques Ruffié (22 novembre 1921-1er juillet 2004) par Jacques Caen, Correspondant de l'Académie des sciences », p. 4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]