Máximo Santos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Máximo Santos
Illustration.
Fonctions
Président de la
République orientale de l'Uruguay

(4 ans)
Prédécesseur Miguel Alberto Flangini Ximénez
Successeur Máximo Tajes
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Pando, Uruguay
Date de décès (à 42 ans)
Lieu de décès Buenos Aires, Argentine
Nationalité Uruguayenne
Parti politique Parti colorado

Máximo Santos
Présidents de la
République orientale de l'Uruguay

Máximo Benito Santos Barbosa (Pando, département de Canelones, - Buenos Aires, 19 mai 1889) fut un militaire et homme d'État uruguayen, président de la République entre le 1er mars 1882 et le 1er mars 1886.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premières années[modifier | modifier le code]

Máximo était le sixième enfant de Joaquín Santos et d'une mère, María Aldina Barbosa, d'ascendance brésilienne. Le couple se maria à Cerro Largo, où naquirent leurs premiers enfants, puis s'installa à Pando. La famille utilisa le nom Santos comme "de los Santos". De fait, le registre de mariage de Máximo et de Teresa Mascaro, célébré dans l'église de San Agustín de La Unión le 3 juillet 1872, porte le nom de Máximo de los Santos. Il débuta comme employé de commerce puis devint voiturier avant de s'engager dans l'armée, à l'âge de seize ans.

La carrière militaire[modifier | modifier le code]

Les débuts de sa carrière militaire restent mal connus. Mais en 1868, à 21 ans, il fut promu au grade de sous-lieutenant. Il intégra ensuite l'escorte présidentielle du général Lorenzo Batlle en 1869, puis la police de Canelones en 1870. Sous les ordres des généraux Borges, Goyo Suárez (el Goyo Jeta) et Enrique Castro, il participa à la Révolution des Lances (1870-1872) contre le blanco Timoteo Aparicio.

Les événements politiques de l'année 1875 favorisèrent son ascension. Grâce à l'appui du nouvel homme fort du moment, son ami le colonel Lorenzo Latorre, il fut nommé sergent-major puis lieutenant-colonel. Il reçut également la mission de former et de diriger le cinquième bataillon de chasseurs, une unité de choc de l'armée uruguayenne. Il compta parmi les hommes de confiance du colonel Lorenzo Latorre lorsque ce dernier assuma la charge de Gouverneur provisoire le 10 mars 1876, puis la présidence de la République le 1er mars 1879. Enfin, il occupa le poste de ministre de la Guerre (1880-1882) sous la présidence de Francisco A. Vidal. À la suite de la démission de ce dernier, sous la pression de l'armée, il fut élu président de la République le 1er mars 1882.

La présidence[modifier | modifier le code]

Máximo Santos se conduisit en véritable dictateur : il musela la Chambre des Représentants et le Sénat, réprima l'opposition, censura la presse et viola la loi à maintes reprises.

Son gouvernement se différencia de celui de Latorre sur plusieurs points. Il montra d'abord un grand intérêt pour l'armée qui bénéficia de nombreuses attentions et faveurs (décorations, augmentation des effectifs, parades militaires, nouveaux uniformes inspirés de ceux de l'armée napoléonienne...). Il abandonna également l'austérité de son prédécesseur, affichant un goût prononcé pour le luxe et la pompe. Il amassa une fortune considérable et se fit construire une somptueuse demeure, le Palais Santos, aujourd'hui siège du Ministère des Affaires étrangères de l'Uruguay. Il était également un grand admirateur de Napoléon III, dont il imita le port de la barbe à l'impériale.

La recherche d'un appui politique constitua une autre différence avec le gouvernement Latorre. Máximo Santos aspirait au soutien des colorados. Il s'entoura donc de personnalités issues de ce parti et en glorifia les références historiques comme le gouvernement de la Défense, l'épisode de Quinteros ou la révolution de Flores. Finalement, en octobre 1884, le Parti colorado le choisit pour chef.

Quant à la situation économique, elle se dégrada sous sa présidence. Les dépenses et le déficit publics augmentèrent alors que le gouvernement et plusieurs de ses proches furent impliqués dans des affaires de corruption et de malversations financières.


Composition du gouvernement

Ministères Titulaires Période
Intérieur José Ladislao Terra 1882
Carlos de Castro 1882 - 1885
Luis Eduardo Pérez 1885 - 1886
José Pedro Ramírez 1886
Affaires étrangères Manuel Herrera y Obes 1882 - 1886
Juan Carlos Blanco Fernández 1886
Finances Juan Lindolfo Cuestas 1882
José Ladislao Terra 1882 - 1886
Antonio María Márquez 1886
Guerre et Marine José María Vilaza 1882
Máximo Tajes 1882 - 1886
Justice, Culte et Instruction publique Juan Lindolfo Cuestas 1884 - 1886
Aureliano Rodríguez Larreta 1886

La réélection[modifier | modifier le code]

Le mandat présidentiel expirait le 1er mars 1886 mais Máximo Santos souhaitait se maintenir à la tête du pays malgré l'interdiction constitutionnelle de la réélection du président de la République. Pour contourner cet obstacle, deux lois furent votées. La première, du 27 mars 1885, revenait sur les articles de la constitution relatifs à la défense faite aux militaires d'entrer au Parlement. Désormais, cette disposition ne le concernait plus. Une seconde loi, du 30 décembre 1885, créait le département de Flores afin de lui permettre d'être élu sénateur à la sortie de son mandat. Enfin, il fallait que son successeur à la présidence fût un proche, favorable à son retour. Ce fut chose faite, le 1er mars 1886, avec l'élection de Francisco A. Vidal par l'Assemblée générale.

La suite se déroula comme prévu. Máximo Santos entra au Sénat le 21 mai 1886 et en reçut, le jour même, la présidence. Le 24 mai, suivant un plan arrêté d'avance, Francisco A. Vidal renonça à son poste permettant ainsi à son prédécesseur de diriger une nouvelle fois le pays, en tant que président du Sénat (la constitution ne prévoyait pas de poste de vice-président).

De telles manœuvres suscitèrent de vives oppositions et débouchèrent sur un soulèvement armé - la Révolution du Quebracho – écrasé par les forces gouvernementales, le 31 mars 1886. Cette victoire lui valut d'être nommé Capitaine général le 2 avril 1886 : il s'agissait du plus haut grade de l'armée uruguayenne, créé spécialement pour l'occasion par l'Assemblée générale. Pourtant, malgré l'apparent contrôle de la situation, il ne put conserver longtemps le pouvoir. Il fut victime d'un attentat le 17 août 1886 (il échappa cependant à la mort bien que grièvement blessé au visage) et plusieurs de ses partisans rejoignirent l'opposition.

La fin[modifier | modifier le code]

Affaibli physiquement et démoralisé, il chercha la collaboration de l'opposition. Il proposa le ministère de l'Intérieur à José P. Ramírez, une figure du Parti Constitutionnel, qui accepta non sans imposer ses conditions (liberté de la presse, nouvelle élection présidentielle...). Un ministère de conciliation vit alors le jour mais Máximo Santos renonça au pouvoir le 18 novembre 1886, officiellement pour des raisons de santé. Le jour même, le général Máximo Tajes fut élu président de la République pour terminer le mandat de Francisco A. Vidal (1886-1890).

Máximo Santos s'embarqua pour l'Europe. Lorsqu'il tenta de revenir en 1887, un décret signé par Máximo Tajes l'empêcha de débarquer et le contraignit à l’exil. Il se dirigea alors vers Rio de Janeiro puis s'établit définitivement à Buenos Aires, où il décéda le 19 mai 1889.

Conclusion[modifier | modifier le code]

L'épisode Santos se caractérisa par une pratique dictatoriale et autoritaire du pouvoir. Mais il constitua aussi un moment décisif dans la mise en place d'un État moderne en Uruguay.

Plusieurs mesures permirent alors de renforcer l'autorité de l'État, notamment la création d'un ministère de la Justice, du Culte et de l'Instruction publique, la poursuite de la séparation de l'Église et de l'État (le mariage civil devint le seul légal aux yeux des autorités...), la modernisation de l'armée (rédaction du premier code militaire uruguayen, création d'une marine nationale...), le renforcement d'une conscience nationale (utilisation de la figure d'Artigas comme l'un des Pères de la Nation), la création de nouveaux départements (pour mieux administrer le pays tout en fractionnant les pouvoirs locaux), la réforme de l'Université...

Enfin, sur la scène internationale, Máximo Santos fut à l'origine d'une mesure inédite. Le traité de paix et d'amitié avec le Paraguay, signé le 20 avril 1883, annula la dette de guerre d'Asuncion et permit la restitution des trophées conquis par l'armée uruguayenne lors du conflit de la Triple Alliance.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]