Luperques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Luperques rassemblés dans le collège des Luperques étaient des prêtres de la Rome antique.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom des Luperci contient certainement celui du loup, mais la formation est obscure. Plusieurs spécialistes de la Rome antique, dont Andréas Alfôldi ont vu dans les luperques le reste d'un Männerbund, d'un compagnonnage guerrier, qu'ils supposent à l'origine de l'État romain[1].

Ce lien avec les Männerbunde transparaît également dans leur tenue : ils portent uniquement une peau de chèvre autour de la taille. Cette tenue est celle de « l'homme déguisé en bouc qui hurle comme un loup » du rituel (en partie) louvite. Ainsi, Les Luperques se désigneraient comme des « loups qui se donnent l'apparence de boucs ». Les Luperques sont essentiellement des loups ; c'est pourquoi ils ont pour divinité d'élection Faunus, dont le nom signifie « étrangleur »[2],[3].

Composition du collège[modifier | modifier le code]

Le collège des Luperques était constitué des fils des cinq plus anciennes familles aristocratiques, descendantes des fondateurs de Rome. On ignore leur nombre exact, mais on considère souvent, par analogie avec le collège des Saliens, qu'ils étaient douze[4].

Les lupercales[modifier | modifier le code]

La fête des lupercales avait lieu le 15 février avec une cérémonie en souvenir de l'allaitement de Romulus et Rémus par la louve. Elle rendait également hommage à Faunus Lupercus, divinité de la fertilité.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Georges Dumézil, La religion romaine archaïque, 2e édition revue et corrigée, Paris : éditions Payot, 1987, p. 352 et suiv.
  2. Jean Haudry, Mars et les Maruts, Revue des études latines, 91, 2014, 47-66, 2014
  3. (de) Siegfried Gutenbrunner, « Die Deanas im Widsith », Zeitschrift für deutsches Altertum, 77, 1940, pp. 28-30
  4. Daremberg et Saglio, « Lupercalia », p. 1399

Bibliographie[modifier | modifier le code]