Lucien Laroyenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lucien Laroyenne
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Lucien Pierre Laroyenne, né le à Vienne et mort à Lyon le , est un médecin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucien Pierre Laroyenne est chirurgien en chef (chirurgien major) de l'hôpital de la Charité de Lyon en 1865 et occupe la chaire de gynécologie à la faculté de médecine de Lyon en 1876[1]. Il fut le créateur de la chirurgie gynécologique à Lyon[2].

Il est chirurgien dans l'Armée française pendant la guerre de 1870 en tant que chirurgien en chef adjoint à la 1re ambulance lyonnaise de l'armée des Vosges, de la Loire et de l'Est[3].

Il mis au point entre autres un procédé chirurgical pour l'hystéropexie et publia de nombreuses études médicales[4]. Il fut correspondant de l'Académie de Médecine, président de la Société des sciences médicale de Lyon, membre de la Société de Chirurgie de Lyon. Il est le le premier chirurgien d'une grande lignée de la chirurgie lyonnaise.

Son fils[modifier | modifier le code]

Il est le père du docteur Lucien Antoine Marcellin Laroyenne (1876 - 1950), professeur agrégé à la faculté de Lyon[5] et chirurgien chef de l'hôpital St Luc (Lyon) qui a été chirurgien dans l'Armée française pendant 4 ans lors de la 1ère guerre mondiale (chevalier de la Légion d'honneur, croix de guerre 1914-1918 avec 2 étoiles de bronze, officier dans l'ordre des Palmes académiques). Il sauva de l'amputation de jambe le cinéaste Jean Renoir en avril 2015. Il fut membre de l'Académie de Chirurgie de Lyon et membre de la Société Internationale de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique[2].

Son petit fils[modifier | modifier le code]

Lucien Henri Laroyenne (1921 - 2002), chirurgien à Orange (Vaucluse). Il est le fondateur de la Clinique du Parc (Orange). Ancien interne des hôpitaux de Lyon, membre de la Société Internationale de Chirurgie et membre du club Ambroise Paré, il était chevalier de la légion d'honneur. Il est le beau-frère d'un aviateur mort pour la France, le capitaine Joseph Rollier (1913 - 1944)[6],[7].

Son arrière petit fils[modifier | modifier le code]

Lucien Jacques Laroyenne (1952 - 1992), chirurgien à Orange, ancien interne et ex-chef de clinique des hôpitaux de Lyon. Il avait obtenu, fait rare, les deux qualifications gynécologique et viscérale à la faculté de médecine de Lyon. Il est décédé accidentellement (automobile) à Orange dans sa quarantième année.

Décorations et hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]