Louis de Rohan (1635-1674)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis de Rohan.
Louis de Rohan
Exécution de Louis de Rohan.jpg

Exécution de Louis de Rohan

Fonction
Grand veneur de France
Biographie
Naissance
Décès
Père
Mère
Autres informations
Membre de
Condamné pour

Louis de Rohan Guémené, dit le « chevalier de Rohan » (1635 - Paris, ). Issu de la famille de Rohan, il est grand veneur de France à 20 ans puis colonel des gardes de Louis XIV, fils de Louis VIII de Rohan Guémené, troisième duc de Montbazon, et d’Anne de Rohan-Guéméné.

Il participa au complot de Latréaumont.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis de Rohan participa à la guerre contre l'Espagne (1654-1659) et à la guerre de Hollande en 1672-1673.

Il eut de nombreuses aventures amoureuses. Compromis dans la fuite de Hortense Mancini du logis conjugal, il dut démissionner de sa charge de Grand veneur en 1669.

Criblé de dettes, il conspira avec les Néerlandais des Provinces-Unies contre Louis XIV. Avec Gilles du Hamel de Latréaumont (Paris 1627- Rouen 1674), ils voulurent livrer la ville de Quillebeuf aux Néerlandais et créer une république normande indépendante tout en renversant Louis XIV, voire l'assassiner en enlevant le dauphin qui aurait été gardé comme otage.

Le complot est découvert par Jean Charles du Cauzé de Nazelle, né en 1649, mousquetaire du roi, qui logeait à Picpus dans la pension tenue par « Maître Affinius » (Franciscus van den Enden) (1601-1674). Du Cauzé de Nazelle s'étonnait des visites d'un puissant seigneur dans cette pension de famille des faubourgs de Paris (il s'agissait de Louis de Rohan). Il prévint le ministre Louvois le 31 août 1674.

Rohan est arrêté le 11 septembre par les services de Gabriel Nicolas de la Reynie en la personne du major des gardes, Henri-Albert de Cossé de Brissac, à la sortie de la messe du roi au château de Versailles. Plus tard, Latréaumont est tué par le même Brissac, qui était son camarade de régiment, lors de son interpellation à l'hôtel des Uniques, à Rouen.

Rohan, incarcéré à la Bastille, est condamné pour crime de lèse-majesté. Contrairement à ses comparses, il n'est pas soumis à la question, mais il est décapité le 27 novembre 1674 rue Saint-Antoine, devant l'entrée de la prison, et près de son hôtel particulier (hôtel de Rohan-Guémené) en même temps que le chevalier de Préau et la marquise de Villars. Van den Enden, compromis également pour avoir rédigé la constitution du gouvernement républicain qui aurait succédé au roi et comme agent des Néerlandais, est quant à lui pendu.

Les biens de Rohan furent confisqués puis restitués à Marie de Bretagne, duchesse de Montbazon, deuxième épouse d'Hercule de Rohan, qui se retira à Rochefort-en-Yvelines pour y mourir en 1685.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Le Prince infortuné (ou le rêve d'une république au temps du Roi-Soleil) par Éliane et Serge Seuran, éd. Point de mire (Clamecy, 58), 2004, 206 p.
  • (de) Klaus Malettke, Opposition und Konspiration unter Ludwig XIV. Studien zu Kritik und Widerstand gegen System un Politik des französischen Königs während der ersten Hälfte seiner persönlichen Regierung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1976.
  • Du Causé de Nazelle, Mémoires du temps de Louis XIV, 1899, Plon, présenté par Ernest Daudet.
  • Claude Derblay, L'Affaire du chevalier de Rohan, La nouvelle édition, 1945.
  • Pierre Clément, Trois Drames historiques, Didier éditeurs, 1857.

Fictions[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]