Quillebeuf-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quillebeuf-sur-Seine
Quillebeuf-sur-Seine
L'église Notre-Dame-de-Bonport,
Logo monument historique Classé MH (1862).
Blason de Quillebeuf-sur-Seine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Bourg-Achard
Intercommunalité Communauté de communes de Pont-Audemer / Val de Risle
Maire
Mandat
Alain Tessier
2014-2020
Code postal 27680
Code commune 27485
Démographie
Gentilé Quillebois
Population
municipale
900 hab. (2016 en diminution de 9,91 % par rapport à 2011)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 22″ nord, 0° 31′ 37″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 23 m
Superficie 10,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Quillebeuf-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Quillebeuf-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quillebeuf-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quillebeuf-sur-Seine

Quillebeuf-sur-Seine (/kilbəsyʁsɛn/) est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Ses habitants sont les Quillebois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Quillebeuf-sur-Seine est une commune du Nord-Ouest du département de l'Eure située au sein du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande. Localisée sur la rive gauche de la Seine, la commune est un ancien port. Un bac (le dernier avant l'estuaire) continue à la relier à Port-Jérôme, dans la Seine-Maritime. Les marins de Quillebeuf avaient, avec ceux de Caudebec-en-Caux, le monopole du pilotage des navires de mer remontant la Seine jusqu'à Rouen.

Communes limitrophes de Quillebeuf-sur-Seine[1]
Tancarville (Seine-Maritime) Saint-Jean-de-Folleville (Seine-Maritime) Lillebonne (Seine-Maritime)
Marais-Vernier Quillebeuf-sur-Seine[1] Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime) (sur quelques centaines de mètres)
Marais-Vernier Saint-Aubin-sur-Quillebeuf

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Quelibos en 1018, Cheliboey ou Cheliboy en 1025, ainsi que Chileboi en 1170[2].

François de Beaurepaire a inclus Quillebeuf dans la série des toponymes en -beuf issu du vieux norrois bóð (both) « baraque », sans toutefois donner d'explication à l'élément Quille- qu'il considère comme obscur[3]. Il écrit, en outre, que les formes anciennes semblent « suspectes ». Or elles peuvent très bien s'expliquer par l'évolution romane régulière du vieux norrois boði « rocher à fleur d'eau ».
Le vieux norrois boði a bien été identifié comme second élément du rocher Quillebœuf (au large de Gatteville-le-Phare, Manche), lieu où se sont produits de nombreux naufrages. On ignore la nature du lien qui unit ce toponyme à Quillebeuf, au bord de la Seine, mais l'endroit était réputé également dangereux, à cause du rétrécissement de la Seine après le coude qu'elle forme et l'augmentation de la vitesse du courant. Il est encore visible aujourd'hui malgré l'aménagement du fleuve à l'époque moderne.

Jean Renaud a vu dans le premier élément Quille-, le vieux norrois kelda « source »[4], or, les formes anciennes devrait être en Quelde-, Kelde- > Queude- et il n'y a pas de source à Quillebeuf. En revanche, Quille- est peut-être le même que le mot quille en français, issu du vieux norrois kilir « quilles » (au pluriel), [r] s'étant régulièrement amuï devant une autre consonne. Certains spécialistes, comme René Lepelley, y voient plutôt le vieux norrois kill « long bras de mer, crique étroite, estuaire », pour d'autres « passage, chenal »[5]. On peut en déduire qu'il a pu être utilisé au sens de « passage étroit dans la Seine ». Le sens global est donc celui de « rocher des quilles » ou « rocher du chenal », surnom d'un rocher ou écueil qui jadis effleurait à marée basse. La principale objection se trouve dans la nature des formes les plus anciennes qui montrent qu'on avait initialement Keli- qui a évolué en Kile-. À noter que l'on dit traditionnellement « kilbeu ».

Le terme dialectal de la Hague boue ou bau « rocher lointain dégagé par la marée basse » procède de boði. On le retrouve dans la Grande Boue, rocher au large de Sulvy à Saint-Germain-des-Vaux et dans les différents le Bau nom de plusieurs rochers au large de la Hague.

Histoire[modifier | modifier le code]

Henri IV en fit une place forte et donna aux habitants l'exclusivité du pilotage. Le  : Naufrage du brick Télémaque qui d'après une tradition non confirmée (par l'archéologie et la recherche documentaire) aurait transporté les trésors des abbayes de Jumièges et Boscherville ainsi que les joyaux de la couronne[6] En 1910, Quillebeuf prend le nom de Quillebeuf-sur-Seine.

À la fin de la bataille de Normandie, fin août 1944, Quillebeuf est des lieux de franchissement de la Seine par les troupes allemandes ayant réussi à s'extraire de la poche de Falaise. Tandis que les arrière-gardes allemandes ralentissent les Alliés sur la Risle, plusieurs milliers de soldats allemands traversent le fleuve à bord d'un bac, qui sera coulé le 21 août, et d'embarcations de fortune. Le 26, les Belges de la brigade Piron franchissent la Risle à Pont-Audemer et prennent Quillebeuf le lendemain, 27 août.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de

Ces armes peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

de gueules au bœuf d'or surmonté de trois fleurs de lys du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2014 Ladislas Poniatowski UDF puis UMP Député puis sénateur
mars 2014 En cours Alain Tessier LREM Consultant - formateur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 900 habitants[Note 1], en diminution de 9,91 % par rapport à 2011 (Eure : +2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1371 1371 2051 4671 3441 3661 4471 6271 698
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5721 4491 4411 3721 4021 4141 5011 3181 217
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2651 1029187146657137799361 080
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0871 2451 2011 1001 0441 0111 0181 0201 022
2013 2016 - - - - - - -
948900-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Quillebeuf, embouchure de la Seine par Joseph Mallord William Turner (1833).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. François de Beaurepaire, Les noms des communes et des anciennes paroisses de l'Eure, Picard, 1985, p. 163.
  3. ibidem
  4. Jean Renaud, Vikings et Noms de lieux de Normandie : Dictionnaire des toponymes d'origine scandinave en Normandie, Collection Mots et Noms de Normandie, Orep éditions, p. 87.
  5. Ibid., p. 33.
  6. INA : Le trésor du Télémaque.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Notice no PA00099527.
  12. Notice no IA00018886.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :