Louis Lenormand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lenormand.

Louis Lenormand est un architecte français né en 1801, mort le 10 janvier 1862.

Petit-fils de l'architecte Jean-Jacques Huvé (1742-1808) et neveu de Jean-Jacques-Marie Huvé (1783-1852)[1], il a été l'élève de son oncle et d'Antoine-François Peyre (1739-1823) à l'école des Beaux-Arts de Paris.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Il a débuté comme inspecteur des travaux de l'église de la Madeleine, à Paris, sous la direction de Jean-Jacques-Marie Huvé, et a été un des premiers architectes attachés à la Commission des Monuments historiques.

De 1838 à sa mort, il a été l'architecte de la Cour de cassation. Le plan d'ensemble du Palais de justice étant fait par Louis Duc et Étienne-Théodore Dommey après le décès de Jean-Nicolas Huyot, il a fait les plans de la Cour de cassation à l'intérieur de l'espace qui lui était défini. Louis Lenormand a refait quatre fois ses plans. À sa mort les bâtiments étaient à peine commencés. Louis Duc fut nommé architecte de la Cour de cassation quatre jours après la mort de Louis Lenormand. Cependant les plans de Lenormand ayant été acceptés le 11 janvier 1861, Louis Duc a dû s'y adapter.

Château de Meillant (Cher)

En 1842, il est chargé de l'église Saint-Jacques de Dieppe, et de la « restauration » du château de Meillant, à la demande de ses propriétaires, les Mortemart. Il assura aussi la restauration de l'église de Clamecy et la construction de la Chapelle du Banquet (également dans la Nièvre), et réalisa les plans de la basilique Notre-Dame à Nice.

Il est également l'architecte de l'hôtel du Grand commandement à Tours, résidence du chef de la région militaire dirigée sous le Second Empire par le maréchal Baraguey d'Hilliers, son parent[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.-C. Huvé, Jean-Jacques Huvé (1742-1808) : un architecte des Lumières, Paris : L'Harmattan, 1994, 143 p.
  2. P. Garrigou Grandchamps (dir.), L'Hôtel du Grand commandement à Tours. Histoire et vie d'un monument militaire, Point d'impression de l'Armée de Terre de Saint-Maixent l'Ecole, 2002, 175 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Association française pour l'histoire de la justice, La justice en ses temples. Regards sur l'architecture judiciaire en France, Éditions Errance (ISBN 978-2877720694) .