Louis Dubois (homme politique, 1859-1946)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis Dubois et Dubois.

Louis Dubois
Illustration.
Fonctions
Député 1910-1932
Gouvernement IIIe République
Groupe politique RP (1910-1914)
FR (1914-1919)
ERD (1919-1924)
URD (1924-1932)
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Résidence Seine

Louis, Joseph, Marie Dubois, né le à Palais à Belle-Île-en-Mer (Morbihan) et décédé le à Puteaux (Hauts-de-Seine), est un homme politique français.

Journaliste[modifier | modifier le code]

Il crée à Tours, en 1890, un journal bi-hebdomadaire : Le Tourangeau, pour promouvoir la viticulture.

Il crée à Paris, en 1903, le Journal de l'entreprise et de l'industrie qui devint, par la suite, Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment? qui deviendra le Groupe Moniteur.

Imprimeur[modifier | modifier le code]

Avec M. Prieur, inventeur de procédés de photographie et d'impressions trichromes, il crée l'imprimerie « Prieur et Dubois », avec laquelle il obtint des Grands prix à toutes les expositions universelles de 1904 à 1911 : Saint-Louis (1904), Liège (1905), Milan (1906), Londres (1908), Bruxelles (1910), Turin (1911).

Député de 1910 à 1932[modifier | modifier le code]

Mandats à la Chambre des députés

Ministre de la IIIe République[modifier | modifier le code]

Ministre du commerce, de l'industrie et des Postes et Télégraphes au sein du cabinet Clemenceau à partir du 27 novembre 1919 jusqu'au 18 janvier 1920, où il démissionne.

Président de l'Union du commerce et de l'industrie pour la défense sociale[modifier | modifier le code]

Il succède en 1919 au député Paul Beauregard, décédé[1], à la tête de l'Union du commerce et de l'industrie pour la défense sociale, fondée en 1897 et proche de la Fédération républicaine. Il est remplacé comme président par Frédéric François-Marsal lorsqu'il devient brièvement ministre du commerce[2] puis par Claude-Joseph Gignoux en juin 1933; il devient président d'honneur de l'Union et il continue à participer voire à présider ses déjeuners mensuels qui rassemblent élites économiques et hommes politiques modérés.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Louis Dubois (homme politique, 1859-1946) », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]