Louis Comtois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Comtois
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Louis Comtois (Montréal, - New York, )[1],[2] est un artiste-peintre québécois (canadien). Il subit l'influence du groupe des Plasticiens de Montréal, particulièrement celle de Fernand Leduc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Comtois fait des études classiques au Collège de Saint-Laurent de 1964 à 1968. Il poursuit ses études à l’École des beaux-arts de Montréal en 1968 sous l'influence des peintres montréalais Claude Tousignant, Guido Molinari et Yves Gaucher[3]. Après ses études, il part vivre à l’étranger où il demeurera pour le reste de sa carrière. Il expose à Paris en 1969. Installé à New York et Washington, il expose dans la capitale américaine en 1972 et 1974[4]. Au tournant des années 1980, Comtois délaisse l’acrylique et la toile traditionnelle pour se tourner vers l’huile et l’encaustique[5]. Il participe à des expositions de 1968 jusqu'à son décès en 1990 du sida[6]. Dans sa ville natale de Montréal, Comtois était représenté par John A. Schweitzer[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sans titre I, 1983, ciment, plâtre et acrylique sur bois et métal, 117,5 x 159 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[8].
  • Implications of White, 1984-1985, huile, plâtre, métal, ciment et cire sur bois, 114,2 × 203 × 4,9 cm, Musée d'art contemporain de Montréal[9].
  • Incision, Incisive, Caesurae, 1985, huile, cire, plâtre et ciment sur bois et métal, 106 x 178 cm, Musée national des beaux-arts du Québec, Québec[10].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Musée d'art contemporain de Montréal, 1975[4].
  • Back to the Future, Olga Korper Gallery, Toronto, 2014[11].
  • Works With Paper, Le Gallery, Toronto, 2015[11].
  • Louis Comtois & Paterson Ewen, Olga Korper Gallery, Toronto, 2017[11].
  • Louis Comtois; Constructions dynamiques, Musée d'art de Joliette, 2017[12].

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • Prix Gershon Iskowitz, 1986[13].
  • Le Prix Louis-Comtois créé en 1991 par l’AGAC et géré en partenariat avec la ville de Montréal, reconnaît publiquement la qualité de la production d’artistes en mi-carrière. Ce prix a été créé dans le but d'aider et de promouvoir le travail d’un artiste qui s’est distingué dans le domaine de l’art contemporain à Montréal[14].

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cybermuse : Louis Comtois
  2. a et b « Louis Comtois », sur www.beaux-arts.ca (consulté le 8 avril 2020)
  3. a b et c (en) « Olga Korper Gallery », sur www.olgakorpergallery.com (consulté le 8 avril 2020)
  4. a et b Reiner Schùrmann, « Louis Comtois ou la couleur, instrument de lumière », Vie des arts,‎ , p. 26-27 (ISSN 0042-5435, lire en ligne)
  5. a et b « Louis Comtois », sur MAC Montréal (consulté le 8 avril 2020)
  6. « ACTUALITES UNE DISPARITION Le philosophe américain Reiner Schürmann », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 avril 2020)
  7. Cloutier, Mario. « Fondation Schweitzer : 1,5 million pour les artistes atteints du sida ». La Presse 2 décembre 2009. Web.
  8. « Sans titre I - Comtois, Louis », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  9. « Louis Comtois, Implications of White, 1984-1985 », sur MAC Montréal (consulté le 8 avril 2020)
  10. « Incision, Incisive, Caesurae - Comtois, Louis », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  11. a b et c (en) « Comtois, Louis | 16 Exhibitions and Events », sur www.mutualart.com (consulté le 8 avril 2020)
  12. « Louis Comtois. Constructions dynamiques », sur Musée d'art de Joliette (consulté le 8 avril 2020)
  13. a et b (en-US) « 1986 | Louis Comtois », sur Gershon Iskowitz Foundation (consulté le 8 avril 2020)
  14. « Prix Louis-Comtois », sur Association des galeries d’art contemporain (consulté le 8 avril 2020)
  15. « Comtois, Louis », sur Collections | MNBAQ (consulté le 8 avril 2020)
  16. Jean-Émile Verdier, Louis Comtois ; La lumière et la couleur, Montréal, Québec, Du Méridien, , 84 p. (ISBN 978-2894151587)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]