Loi Astier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Astier.
image illustrant l’éducation
Cet article est une ébauche concernant l’éducation.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Loi Astier
Présentation
Titre Loi du 25 juillet 1919 relative à l'organisation de l'enseignement technique industriel et commercial
Pays Drapeau de la France France
Type Loi ordinaire
Adoption et entrée en vigueur
Adoption 25 juillet 1919
Promulgation 27 juillet 1919

Lire en ligne

« Loi relative à l'organisation de l'enseignement technique industriel et commercial (dite loi Astier) du 25 juillet 1919 », sur www.education.gouv.fr, .

La loi Astier, promulguée sous la IIIe République, porte le nom du sénateur Placide Astier. Il s'agit d'une loi relative à l’organisation de l’enseignement technique industriel et commercial.

  • Titre I - Dispositions générales
  • Titre II - Autorités prépposées à l'enseignement technique
  • Titre III - Des écoles publiques d'enseignement technique et des écoles de métiers
    • Chapitre I Création des écoles publiques d'enseignement technique et des écoles de métiers
    • Chapitre II Administration
    • Chapitre III Du personnel
    • Chapitre IV De l'enseignement
  • Titre IV - Des écoles d'enseignement technique privé
  • Titre V - Des cours professionnels

Elle permet un financement des établissements techniques privés, aussi bien en matière d’investissement que de fonctionnement. Ce texte instaure les cours professionnels obligatoires : tous les apprentis doivent suivre, gratuitement, 150 heures de cours d’enseignement théorique et général par an. Le certificat de capacité professionnelle devient Certificat d’aptitude professionnelle (CAP).

La loi Falloux de 1854 chargée de limiter ces subventions dans le cadre de la laïcité et de l’égalité n'a pas atteint son objectif ; elle est contournable pour un lycée privé ou d'essence confessionnelle par l'ouverture de classes technologiques.


Contenu[modifier | modifier le code]

La loi Astier divise la formation en trois composantes :

  • la formation professionnelle, chargée de prendre en compte les besoins de connaissances pratiques ou théoriques nés du métier ;
  • l’éducation ouvrière, ayant pour but d’acquérir une meilleure formation militante ;
  • l’éducation populaire, chargée de mettre en œuvre une pratique étendue des loisirs.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BRUCY, LAOT, LESCURE, Mouvement ouvrier et formation. Genèses : de la fin du XIXè siècle à l’après Seconde Guerre mondiale., L'Harmattan, 2009. (ISBN 2296102077)