Liu Bannong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Liu Bannong
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
PékinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
劉半農Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Prix Volney ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Liu Bannong (chinois simplifié : 刘半农 ; chinois traditionnel : 劉半農 ; pinyin : Liú Bànnóng) ou Liu Fu (chinois simplifié : 刘复 ; chinois traditionnel : 劉復 ; pinyin : liú fù), né le à Jiangyin dans la province du Jiangsu en Chine de la dynastie Qing, mort de maladie le à Pékin, est un linguiste, traducteur et poète chinois[1].

Liu Bannong a obtenu un doctorat de l'université de Paris et a été membre de la Société de linguistique de Paris. Il a dirigé à Pékin un laboratoire de phonétique expérimentale. Il est le frère du musicologue Liu Tianhua.

En 1920 il publie une étude sur les Manuscrits de Dunhuang.

Il a traduit en 1927 deux contes de Voltaire, Jeannot et Colin et Bababec et les fakirs[2].

Sa poésie est de style réaliste[3].

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

  • (Fu-Liu), Étude expérimentale sur les tons du chinois, Les Belles Lettres/Université nationale, Paris/Pékin, 1925.
  • (Fu-Liu), Les Mouvements de la langue nationale en Chine, Les Belles Lettres/Université nationale, Paris/Pékin, 1925.
  • Recueil de contes de France (Faguo duanpian xiaoshuo ji), trad. Liu Bannong, Shanghai, 1935.

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (zh) « 中国现代诗人、语言学家刘半农诞生 », sur 历史上的今天,‎
  2. Jin Lu, « La réception de Voltaire en Chine avant 1949 », Revue Voltaire, no  8, 2008. [lire en ligne]
  3. Michelle Loi, Poètes chinois d'écoles françaises, Maisonneuve, 1980, p. 18.

Liens externes[modifier | modifier le code]