Manuscrits de Dunhuang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Manuscrit des Entretiens de Confucius découvert à Dunhuang.

Les manuscrits de Dunhuang sont un ensemble de quelque 50 000 documents, entiers ou fragmentaires, datant du Ve siècle au XIe siècle découverts au tout début du XXe siècle dans les grottes de Mogao, dans le nord-ouest de la Chine[1].

La plupart de ces documents concernent le bouddhisme, mais d'autres religions également comme le taoïsme, le nestorianisme et le manichéisme.

Ils sont une source majeure pour les études des religions, de la linguistique, de la calligraphie et de l'histoire.

Découverte[modifier | modifier le code]

Le moine Wang Yuanlu a découvert ces manuscrits en 1900 et a commencé à les vendre en 1907, notamment à Aurel Stein et à Paul Pelliot[2].

Langue[modifier | modifier le code]

Numérisation des manuscrits de Dunhuang.
Manuscrits de Dunhuang. Extrait d’une illustration représentant des moines, bras droit levé. Ils semblent s’apprêter à lancer des pierres. Encre sur papier, 26,2x23,6. Références: «Or.8210/S.8555 ». British Library, International Dunhuang Project[3].

La grande majorité des documents sont écrits en chinois classique mais aussi en chinois vernaculaire, et d'autres sont en tibétain, khotanais, ouïghour[1], sanscrit, sogdien, tangoute, et tokharien.

Contenu[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Catalogues des manuscrits[modifier | modifier le code]

chinois :

  • Catalogue des manuscrits chinois de Touen-Houang. Fonds Pelliot chinois, vol. 1, nos 2001-2500, Bibliothèque nationale, 1970 [lire en ligne]
  • Catalogue des manuscrits chinois de Touen-Houang. Fonds Pelliot chinois, vol. 3, nos 3001-3500, Bibliothèque nationale, 1983 [lire en ligne]
  • Catalogue des manuscrits chinois de Touen-Houang. Fonds Pelliot chinois, vol. 4, nos 3501-4000, Bibliothèque nationale, 1991 [lire en ligne]
  • Catalogue des manuscrits chinois de Touen-Houang. Fonds Pelliot chinois, vol. 5, nos 4001-6040, Bibliothèque nationale, 1995 [lire en ligne]
  • Catalogue des manuscrits chinois de Touen-Houang. Fragments chinois du fonds Pelliot tibétain, Bibliothèque nationale, 2001 [lire en ligne]

tibétain :

  • Inventaire des manuscrits tibétains de Touen-Houang conservés à la Bibliothèque nationale. Fonds Pelliot tibétain. vol. I, nos 1-849, 1931 [lire en ligne]
  • Inventaire des manuscrits tibétains de Touen-Houang conservés à la Bibliothèque nationale. Fonds Pelliot tibétain. vol. III, nos 1283-2216, 1961 [lire en ligne]

ouïgour :

  • Manuscrits ouïgours du IXe-Xe siècle de Touen-Houang, textes établis, trad. et commentés par James Hamilton, tome I, 1986 [lire en ligne]

Études[modifier | modifier le code]

  • Monique Cohen (dir.), Conservation des manuscrits de Dunhuang et d'Asie centrale, Éditions de la Bibliothèque nationale de France, « Études et recherches », 1998
  • Marc Kalinowski (dir.), Divination et société dans la Chine médiévale. Étude des manuscrits de Dunhuang de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, Éditions de la Bibliothèque nationale de France, « Études et recherches », 2004

Fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Pierre Drège, «  », Encyclopædia Universalis, « Dunhuang [Touen-houang], site archéologique », sur universalis.fr (consulté le )
  2. Peter Hopkirk (trad. de l'anglais par Carisse Beaune), Bouddhas et rôdeurs sur la route de la soie, Arles, Philippe Picquier, coll. « Signes des temps », (1re éd. 1981 [Arthaud]), 347 p. (ISBN 978-287-7-30215-9)
  3. Une hypothèse d'interprétation de cette illustration est proposée sur le site « early Tibet », lire en ligne: [1]. Consulté le .
  4. Gérard Ansaloni raconte comment il a appris l'existence des «Dix rouleaux de Touenhouang», en lisant un ancien exemplaire du magazine L'illustration, lire en ligne: [2]. Consulté le .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :