Liste des Églises orthodoxes canoniques autocéphales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Églises orthodoxes canoniques autocéphales réparties de façon territoriale, indépendantes sur le plan juridique et administratif, sont unies les unes aux autres par la confession d'une foi commune et une reconnaissance réciproque.

Quatorze d'entre elles sont reconnues comme Églises autocéphales, selon l'ordre chronologique suivant :

Aux XXe et XXIe siècles, l'Église orthodoxe en Amérique et l'Église orthodoxe d'Ukraine en seraient respectivement une quinzième et une seizième, mais elles ne sont pas reconnues comme telles par toutes les précédentes ni par les mêmes (cf. Schisme orthodoxe).

Anciens Patriarcats et autocéphalie ancienne de Chypre[modifier | modifier le code]

Selon l'ordre chronologique de reconnaissance de l'autocéphalie :

  • Le Patriarcat œcuménique de Constantinople a pour titulaire l’archevêque de Constantinople, la « Nouvelle Rome », porte le titre de « patriarche œcuménique de l'ensemble du monde connu ». Il siège en Turquie, à Istanbul, dans le quartier du Phanar et siège à la basilique patriarcale Saint-Georges du Phanar (l'ancienne basilique patriarcale Sainte Sophie ayant été transformée en mosquée, puis en musée). Contrairement aux autres sièges patriarcaux de la Pentarchie, le patriarcat de Constantinople n'a pas été fondé par un apôtre mais est néanmoins considéré comme un siège apostolique. À la fondation de la ville en effet, Constantin y construisit la basilique des Saints apôtres et y plaça des reliques de saint André, l'évangélisateur de la région, et de plusieurs autres apôtres. Le premier concile de Constantinople, en 381, lui reconnait une « prééminence d'honneur après l'évêque de Rome, car Constantinople est la Nouvelle Rome ». Depuis la défection de Rome du concert des Églises orthodoxes, il occupe la première place.
  • L'Église orthodoxe géorgienne, fondée selon la tradition par l'apôtre André, a pour primat l'« archevêque de Mtskheta et Tiflis, patriarche catholique de toute la Géorgie » (Catholicost-Patriarche). Il siège à Tbilissi, son siège honoraire se trouvant à Mtskheta.
  • L'Église de Chypre, fondée selon la tradition par l'apôtre Paul à Salamine (Constantia, aujourd'hui en Chypre du Nord), a pour primat l'« archevêque de la Nouvelle Justinienne et de tout Chypre». Il siège à Nicosie, Salamine ayant été dépeuplée par la conquête musulmane du Levant au VIIe siècle, le siège primatial s'étant entre-temps exilé à Cyzique (Propontide, mer de Marmara) ou la Nouvelle Justinienne. La basilique patriarcale est consacrée à Saint-Jean Baptiste. L'archevêque de Chypre est le dépositaire des prérogatives impériales : signature à l'encre rouge, crosse cruciforme, mandia rouge...

Nouvelles Églises autocéphales[modifier | modifier le code]

Selon l'ordre chronologique de reconnaissance de l'autocéphalité :

  • L'Église orthodoxe russe a pour primat le « patriarche de Moscou et de toutes les Russies ». Il siège à Moscou, dans la « laure de saint Daniel ». L'expression « de toutes les Russies » (au pluriel) fait référence aux principautés russes issues de la Rous' de Kiev et réunies ultérieurement au sein de l'Empire russe par la principauté de Moscou, mais dans le monde moderne, elle est souvent comprise comme une référence aux États issus de l'Union soviétique, sur lesquels le Patriarcat de Moscou a toujours autorité ecclésiastique, même si tous ne sont pas des « Russies ».
  • L’Église de Grèce, fondée selon la tradition par l'apôtre Paul, a pour primat l'« archevêque d'Athènes et de toute la Grèce ». Il siège à Athènes, mais, contrairement à ce que laisse entendre sa titulature, son autorité ecclésiastique ne s'étend qu'à la Grèce du Sud-Ouest et aux Cyclades, celle du Nord et la plupart des îles Égéennes se trouvant sous l'autorité ecclésiastique du Patriarche de Constantinople (qui en tire l'essentiel de ses revenus, sans lesquels il péricliterait).
  • L’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie est bicéphale, pour des raisons qui tiennent à la division de la Tchécoslovaquie. Elle a pour primats l’« archevêque de Prague, métropolite des pays de Tchéquie et de Slovaquie » qui siège à Prague, et l’« archevêque de Presov, métropolite de Slovaquie et des pays de Tchéquie » qui siège à Presov. L’autocéphalie de cette Église est reconnue par le patriarcat de Moscou depuis 1951 et par celui de Constantinople depuis 1998.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Certaines Églises (Moscou, Bulgarie, Géorgie, Pologne et Tchéquie-Slovaquie) reconnaissent une quinzième Église autocéphale, l’Église orthodoxe en Amérique dont le primat est l’« archevêque de Washington et de New York, métropolite de toute l'Amérique et du Canada » qui siège à New York.
  • Le patriarcat de Constantinople reconnaît comme quinzième Église autocéphale l'Église orthodoxe d'Ukraine depuis 2018[1].

Dans les diptyques du Patriarcat de Moscou, l'ordre des Églises est différent en ce qui concerne les nouveaux patriarcats : se succèdent Moscou, la Géorgie, la Serbie, la Roumanie et la Bulgarie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes (du plus général au plus particulier)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La-Croix.com, « Philarète de Kiev tient sa revanche contre Moscou », sur La Croix, (consulté le 12 octobre 2018)