Lionel Naccache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lionel Naccache
Image dans Infobox.
Lionel Naccache en janvier 2014.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
SarcellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Lionel Naccache, né le est neurologue et universitaire français. Il est spécialiste des neurosciences cognitives.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lionel Naccache obtient sa thèse de médecine et son DES de neurologie (ancien Interne des Hôpitaux de Paris) en 1998, à l'université Paris 5 René Descartes[1]. Il est ancien élève de l’École normale supérieure[2].

En 2010, il est nommé professeur de médecine en physiologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière[3]. Il est chercheur en neurosciences cognitives à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière[4] et est nommé en 2013 membre du Comité national d'éthique[5].

Recherches[modifier | modifier le code]

Ses travaux sont consacrés à l'exploration des propriétés psychologiques et des bases cérébrales de la conscience[6],[7], et croisent plusieurs approches complémentaires dont l'expérience clinique de patients souffrant de troubles neurologiques[8] ou psychiatriques, ainsi que l'étude de la cognition de l'homme sain et de l'homme malade à l'aide de paradigmes expérimentaux de psychologie cognitive combinés à des techniques d'imagerie cérébrale fonctionnelle.

Essayiste et chroniqueur[modifier | modifier le code]

Le Nouvel Inconscient : Freud, Christophe Colomb des neurosciences[modifier | modifier le code]

Cet essai de 2006 contient les fondations de sa conception théorique et notamment son concept de FIC (pour Fictions-Interprétations-Croyances) qu'il pose comme la brique élémentaire de la vie mentale subjective.

L'homme réseau-nable[modifier | modifier le code]

Dans cet ouvrage de 2015, Lionel Naccache envisage une analogie entre la complexité des réseaux de communication neuronaux du microcosme cérébral, et ceux du macrocosme de nos sociétés de l'information contemporaines. Cette analogie lui permet d'identifier à la fois un potentiel de conscience sociétale inédit, mais également un risque qu'il définit comme l' "épilepsie du monde": lors d'une véritable crise d'épilepsie, le cerveau est le siège d'un surcroît de communication et de synchronisation massive de différentes régions distantes les unes des autres. Cette hypersynchronie s'accompagne d'une perte de différenciation entre ces différentes régions et d'un appauvrissement considérable de la complexité de la communication cérébrale. Sur le plan psychologique, cette crise d'épilepsie s'accompagne, dès qu'elle se propage à un vaste réseau cérébral, d'une perte de conscience de l'individu. L'épilepsie du monde correspondrait selon lui à des phénomènes similaires qui se jouent à grande échelle: une société qui continue à agir mais sans distance critique[9],[10]. Tout comme le patient perd conscience dans la crise, le monde moderne perdrait lui aussi conscience et basculerait dans des actions stéréotypées témoignant d'un abolition de toute distance critique[11]. Cela lui permet, par un raisonnement par analogie, de proposer des solutions inspirées des soins prodigués à un épileptique, tel un renforcement des structures intermédiaires de la société démocratique et la possibilité d'initiatives démocratiques portées par peu d'individus[12]. Cette épilepsie du monde se signale également par une tendance à la réduplication des lieux (concept de "voyage immobile") dont le centre commercial rédupliqué et indifférencié à travers la planète constitue l'archétype.

Parlez-vous cerveau ?[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2017, il présente une chronique sur le cerveau l'émission Parlez-vous cerveau ? conçue avec sa femme Karine Naccache, dans la matinale de France Inter[13]. Ces chroniques seront adaptées et publiées dans un livre éponyme en 2018.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2009 : nominé au Rising Star of Psychology[14].
  • 2011 : prix Le Goff, Lemonon, Houry, Laveran, de l'Académie des sciences[15].
  • 2011 : prix Diderot-Curien[16],[17].
  • 2016 : Grand prix Lamonica de neurologie, Académie des sciences[6].
  • 2017  : prix d'Ethique Pierre Simon, catégorie Ethique et réflexion, pour le livre Un sujet en soi[18].
  • 2018 : nommé membre de la Dana Alliance for Brain Initiative (DABI)[19].
  • 2020 : prix Bernheim, catégorie sciences.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse de médecine, Université Paris 5 René Descartes, notice Sudoc [1].
  2. Annuaire[2]
  3. Décret du 30 septembre 2010, JORF n°0229 du 2 octobre 2010, texte n° 50 [3]
  4. Site de l'ICM [4].
  5. Article, La Croix, 22 septembre 2013 [5].
  6. a et b Super User, « Lauréat 2016 du prix Lamonica de neurologie : Lionel Naccache | Lauréats | Prix et médailles | Encourager la vie scientifique », sur www.academie-sciences.fr (consulté le 14 mai 2017).
  7. Florence Rosier, « Lionel Naccache, la conscience des neurosciences », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2017)
  8. Paul Benkimoun, « Lionel Naccache : « Il est problématique de parler de “conscience minimale” chez un patient » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2017)
  9. « L’épilepsie à la lumière des neurosciences », sur L'Humanité, (consulté le 30 décembre 2019)
  10. « Lionel Naccache, au 7/9 de France Inter », sur Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (consulté le 30 décembre 2019)
  11. « Le club de la presse avec Lionel Naccache, partie 2 », sur Europe 1 (consulté le 30 décembre 2019)
  12. « L'homme réseau-nable : du microcosme cérébral au macrocosme social », sur France Culture (consulté le 30 décembre 2019)
  13. « Parlez-vous cerveau? »
  14. http://www.psychologicalscience.org/index.php/publications/observer/2009/may-june-09/rising-stars-2.html.
  15. http://www.academie-sciences.fr/activite/prix/laureat_legofflemonon.pdf [PDF].
  16. « Lionel Naccache récompensé pour ses recherches en neurosciences », sur www.upmc.fr Université Pierre-et-Marie-Curie, (consulté le 17 juin 2013).
  17. http://www.ocim.fr/2011/07/les-trophees-diderot-de-linitiative-culturelle-et-le-prix-diderot-curien/.
  18. « 2017 », Prix Pierre Simon,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2018)
  19. « Liste Membres DABI 2020 »
  20. Natalie Levissales, « Neuroscience-fiction », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2017).
  21. Jacques Galinier, « Lionel Naccache, Le Nouvel Inconscient. Freud, Christophe Colomb des neurosciences », L’Homme. Revue française d’anthropologie, nos 187-188,‎ , p. 500–505 (ISSN 0439-4216, lire en ligne, consulté le 14 mai 2017).
  22. Alain-Gérard Slama, « Les ailes fragiles d'Icare », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2017).
  23. Natalie Levissales, « Cellules de crise », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2017).
  24. Roger-Pol Droit, « Figures libres. D’infimes collisions entre les signes et nous », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 14 mai 2017).
  25. « Le chant du signe: Psychopathologie de nos interprétations quotidiennes (pour tout le monde) • Odile Jacob • Grand angle, Lionel Naccache, Markus Gabriel, Cerveau, Liberté • Philosophie magazine », sur www.philomag.com (consulté le 14 mai 2017).
  26. [compte rendu] Catherine Malabou, « Nous sommes tous des femmes savantes », de Lionel Naccache : la chronique philosophique de Catherine Malabou », sur lemonde.fr, (consulté le 19 août 2019).
  27. « Critique Libération »
  28. « Critique Les Echos »
  29. « Critique Philosophie Magazine »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]