Li Ka-shing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom, le nom de famille, Li, précède le nom personnel.
Li Ka-shing
Li Ka Shing.jpg

Li Ka Shing en 2010.

Naissance
Nationalités
Activités
Conjoint
Chong Yuet Ming (d) (de à ) +
Enfants
Distinctions
commandeur de la Légion d'honneur‎ (d)
médaille de Grand Bauhinia (en)
chevalier commandeur de l'ordre de l'Empire britannique (d) +

Li Ka-shing (李嘉誠, Jyutping : Lei5 Gaa1-sing4), né le à Chaozhou (Guangdong) en Chine[1], est un richissime homme d'affaires hongkongais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1940, face à l'avancée de l'armée japonaise, sa famille quitte la province du Guangdong pour se réfugier à Hong Kong. Son père meurt de la tuberculose alors que Li Ka-shing n'a que 14 ans, ce qui l'oblige à arrêter l'école pour travailler et nourrir sa famille. Il vend des bracelets-montres dans la rue, puis trouve un poste dans une usine[1]. À la fin des années 1940, il ouvre avec ses économies une usine de plastique, et remarque qu'en Europe le marché des fleurs artificielles est porteur. Il se rend en Italie pour s'imprégner des techniques de production de fleurs en plastique et démarre la production. Ce commerce s'avère florissant et signe les débuts de Li Ka-shing dans les affaires[2].

Gros coups et opportunisme[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, à la suite de la révolution culturelle de Mao Tsé-Toung et la fuite de nombreux capitalistes de Hong Kong, Li Ka-shing rachète des pans d'immobilier à prix cassés[1]. À la fin des années 1970, il loue 800 000 mètres carrés d'appartements et de bureaux[3].

En 1979, il prend le contrôle d'Hutchison Whampoa, la plus grosse holding de Hong Kong alors en difficulté financière, dont les activités s'étendent au commerce, au transport maritime et aux installations portuaires[1].

L'hégémonie[modifier | modifier le code]

Statue de cire de Li Ka-shing à la station Garden Road Peak Tram de Hong Kong.

En 1999, Li Ka-shing cède 44,8 % du capital d'Orange au groupe Mannesman pour 15 milliards de dollars[4], juste avant que l'action ne s'effondre[5].

En janvier 2005, son groupe (filiale AS Watson) rachète l'enseigne française de parfumeries Marionnaud pour 900 millions de dollars[4]. 4 ans plus tard, l'enseigne est en difficulté et le groupe de Li Ka-shing supprime plus de 600 emplois[6]. En février 2014, Li Ka-shing envisage une entrée en bourse de Marionnaud[7].

En 2007, il investit 60 millions de dollars dans Facebook[1].

En 2013, il met en vente les supermarchés ParknShop qu'il ne juge pas assez rentables[8].

En août 2014, Li Ka-shing annonce vouloir lancer sa compagnie aérienne en rachetant une centaine d'avions au groupe AWAS pour 5 milliards de dollars[9].

Il est connu pour sa discrétion et sa méfiance depuis l'enlèvement en 1996 de son fils Victor Li par le gangster Cheung Tze-keung, pour lequel il avait dû payer une rançon de 1 millions de dollars hongkongais[1]. Ses deux fils sont désormais de nationalité canadienne.

Concentrés principalement sur les deux conglomérats Hutchison Whampoa et Cheung Kong, ses avoirs représentent 11,5 % de la bourse de Hong Kong.

Forbes a estimé en 2012 sa fortune à 25,5 milliards de dollars (cf. la liste des milliardaires du monde). En 2014, sa fortune s'élève à 31 milliards de dollars, ce qui le classe 20e homme le plus riche[10].

Grâce à sa fortune construite dans l'immobilier, Li Ka-shing est également à la tête du puissant groupe AS Watson, numéro un mondial de la gestion de ports dans le monde. En 2008, son groupe contrôle 13 % de l’ensemble du transport de containers dans le monde[1].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]