Lettres d'une Péruvienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lettres d’une Péruvienne
Image illustrative de l'article Lettres d'une Péruvienne
Première page

Auteur Françoise de Graffigny
Genre Roman épistolaire
Pays d'origine France
Date de parution 1747

Les Lettres d’une Péruvienne est un roman épistolaire de Françoise de Graffigny paru en 1747.

Ce roman fut, au milieu du XVIIIe siècle, un vrai succès de librairie, connaissant plus de quarante éditions en cinquante ans et traduit en cinq langues. Selon Daniel Mornet, il fit même partie jusqu’en 1760, avec Les Malheurs de l'amour de Mme de Tencin ou les Confessions du comte de *** de Duclos, des neuf romans les plus lus en France [1]!

Reprenant la veine exotique et le style épistolaire employés par Montesquieu dans les Lettres persanes (1721), Françoise de Graffigny dénonce les travers de la société sous la plume fictive de Zilia, jeune Péruvienne exilée en France, qui écrit à son amant, Aza. L’auteur emprunte au philosophe le rêve d’un monde naturel mais qui serait pour elle incarné dans la femme. En féministe, elle dénonce en particulier dans la lettre 34 la douloureuse condition de la femme à son époque, assujettie à un monde régenté et corrompu par les hommes.

Le genre du roman épistolaire est très apprécié au XVIIIe siècle, qui nous a donné entre autres la Nouvelle Héloïse (Rousseau), les Lettres persanes (Montesquieu), et les Liaisons dangereuses (Laclos). Dans ce genre, il n’y a pas de narrateur donc le point de vue est mouvant. Ce système d’éclatement des points de vues est appelé polyphonie. À l’époque, on aime écrire des histoires qui racontent l’arrivée d’un étranger en France (l'Ingénu de Voltaire). Ces étrangers ont un regard neuf sur ce qui se passe en France, ils ont un regard critique et suffisamment neuf pour se décaler et faire œuvre de philosophe. Ce sont des gens qui viennent de civilisations naturelles. C’est ainsi la critique de l’esprit de la Nature sur la société.

Édition moderne[modifier | modifier le code]

  • Lettres d’une Péruvienne, Éd. et intro. Jonathan Mallinson, Oxford, Voltaire Foundation, 2002. (ISBN 9780729407502)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Vierge du soleil, fille des lumières la Péruvienne de Mme de Grafigny et ses Suites, Strasbourg Presses universitaires de Strasbourg, 1989 (ISBN 9782868203359)
  • (de) Rotraud von Kulessa, Françoise de Grafigny Lettres d’une Péruvienne Interpretation, Genese und Rezeption eines Briefromans aus dem 18. Jahrhundert, Stuttgart Metzler, 1997 (ISBN 9783476015761)

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) D. J. Adams, « The Lettres d’une Péruvienne Nature and Propaganda », Forum for Modern Language Studies, 1992 Apr, n° 28 (2). p. 121-29.
  • (en) Janet Gurkin Altman, « Making Room for 'Peru' Graffigny’s Novel Reconsidered », Dilemmes du roman Essays in Honor of Georges May, Éd. Catherine Lafarge, Intro. Henri Peyre, Jean Boorsch, Saratoga, Anma Libri, 1990, p. 33-46.
  • Didier Bertrand, « Les Styles de Graffigny Une Ecriture de la différence Analyse des Lettres d’une Péruvienne », Iris Graduate Journal of French Critical Studies, 1991, n° 5 (2), p. 5-15.
  • Heidi Bostic, « The Light of Reason in Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », Dalhousie French Studies, Summer 2003, n° 63, p. 3-11.
  • Laura Brignoli, « Les Lettres d’une Péruvienne de Madame de Graffigny ou les (in)fortunes de la communication », Francofonia Studi e Ricerche Sulle Letterature di Lingua Francese, Autumn 1998, n° 35, p. 49-68.
  • (en) Bruce C. Cameron, « Love The Lightning Passion in Les Lettres péruviennes of Madame de Graffigny », Encyclia The Journal of the Utah Academy of Sciences, Arts, and Letters, 1979, n° 56, p. 39-45.
  • (en) Charlotte Daniels, « Negotiating Space for Women Incest and the Structure of Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », RLA Romance Languages Annual, 1994, n° 6, p. 32-37.
  • (en) Suellen Diaconoff, « Betwixt and Between Letters and Liminality », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1992, n° 304, p. 899-903.
  • (en) Madeleine Dobie, « The Subject of Writing Language, Epistemology, and Identity in the Lettres d’une Péruvienne », Eighteenth Century Theory and Interpretation, Summer 1997, n° 38 (2), p. 99-117.
  • (en) Julia V. Douthwaite, « Relocating the Exotic Other in Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », Romanic Review, Nov. 1991, n° 82 (4), p. 456-74.
  • (en) Anne E. Duggan, « A View from the 'Other' Side Zilia as Cultural Critic », Studi Francesi, Jan-Apr 2002, n° 46 (1 [136]), p. 41-53.
  • (en) Diane Fourny, « Language and Reality in Françoise de Grafigny’s Lettres d’une Péruvienne », Eighteenth-Century Fiction, Apr. 1992, n° 4 (3), p. 221-38. .
  • (en) Robin Howells, « The Péruvienne and Pathos », French Studies A Quarterly Review, Oct 2001, n° 55 (4), p. 453-66.
  • (en) Erin Isikoff, « The Temple, the Château, and the Female Space Nancy Miller’s Overreading of Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », Dalhousie French Studies, Winter 1995, n° 33, p. 15-26.
  • (en) Marijn S. Kaplan, « Epistolary Silence in Françoise de Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne (1747) », Atlantis A Women’s Studies Journal/Revue d’Études sur les Femmes, Fall 2004, n° 29 (1), p. 106-12.
  • Jonathan Mallinson, « Re-Présentant les Lettres d’une Péruvienne en 1752 Illustration et illusion », Eighteenth-Century Fiction, Jan 2003, n° 15 (2), p. 227-39.
  • Helmut Meter, « Aux origines du roman sentimental Les Lettres d’une Péruvienne de Madame de Graffigny », Le Roman sentimental, Ellen Constans, Éd., Limoges, Univ. de Limoges, 1990, p. 41-52.
  • Stephanie M. Hilger, « Comment peut-on être Péruvienne? Françoise de Graffigny, a Strategic Femme de Lettres », College Literature, Spring 2005, n° 32 (2), p. 62-82.
  • Eugénia B. P. Leal, « Sentiment et goût de la nature dans les Lettres d’une Péruvienne de Mme de Graffigny », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1992, n° 304, p. 1281-84.
  • (en) David Smith, « Graffigny Rediviva Editions of the Lettres d’une Péruvienne (1967-1993) », Eighteenth-Century Fiction, Oct 1994, n° 7 (1), p. 71-78.
  • (en) Jo-Ann McEachern, « Mme de Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne Identifying the First Edition », Eighteenth-Century Fiction, Oct 1996, n° 9 (1), p. 21-35.
  • (en) Thomas M. Kavanagh, « Reading the Moment and the Moment of Reading in Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », Modern Language Quarterly, June 1994, n° 55 (2), p. 125-47.
  • (en) Janet Gurkin Altman, « A Woman’s Place in the Enlightenment Sun The Case of F. de Graffigny », Romance Quarterly, Aug 1991, n° 38 (3), p. 261-72.
  • Janie Vanpée, « Être(s) sans papier et sans domicile fixe La Femme comme figure de l’étranger chez Graffigny », Françoise de Graffigny, femme de lettres écriture et réception, Éd. et intro. Jonathan Mallinson, Oxford, Voltaire Foundation, 2004. XXIV, p. 328-36.
  • (en) Lorraine Piroux, « The Encyclopedist and the Peruvian Princess The Poetics of Illegibility in French Enlightenment Book Culture », PMLA Publications of the Modern Language Association of America, Jan 2006, n° 121 (1), p. 107-23.
  • Renaud Redien-Collot, « Les Lettres d’une Péruvienne ou les signes de la subversion dans l’écriture féminine de la première moitié du XVIIIe siècle », Francographies Bulletin de la Société des Professeurs Français et Francophones d’Amérique, 1997; 6 27-40.
  • Annie Rivara, « Les Lettres d’une Péruvienne de Mme de Graffigny et leur traduction par Miss Roberts (1774) », La Traduction du discours amoureux 1660-1830, Éd. Annie Cointre, Éd. Annie Rivara, Éd. et intro. Florence Lautel-Ribstein, Metz, Centre d’Études de la Traduction, Université de Metz; 2006, p. 65-77.
  • (en) Bonnie Arden Robb, « The Easy Virtue of a Peruvian Princess », French Studies A Quarterly Review, Apr 1992, n° 46 (2), p. 144-59.
  • François Rosset, « Les Nœuds du langage dans les Lettres d’une Péruvienne », Revue d’Histoire Littéraire de la France, Nov-Dec 1996, n° 96 (6), p. 1106-27.
  • (en) Christine Roulston, « No Simple Correspondence Mme de Graffigny as 'Epistolière' and as Epistolary Novelist », Esprit Créateur, Winter 2000, n° 40 (4), p. 31-37.
  • (en) Christine Roulston, « Seeing the Other in Mme de Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », Eighteenth-Century Fiction, Apr 1997, n° 9 (3), p. 309-26.
  • (en) Carol L. Sherman, « Love’s Rhetoric in Lettres d’une Péruvienne », French Literature Series, 1992, n° 19, p. 28-36.
  • (en) Carol L. Sherman, « The Nomadic Self Transparency and Transcodification in Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », Romance Notes, Spring 1995, n° 35 (3), p. 271-79.
  • English, Showalter, Jr. « Les Lettres d’une Péruvienne Composition, publication, suites », Archives et Bibliothèques de Belgique/Archiefen Bibliotheekwezen in België, 1983, n° 54 (1-4), p. 14-28.
  • (en) Julia Simon, « On Collecting Culture in Graffigny The Construction of an 'Authentic' Péruvienne », Eighteenth Century Theory and Interpretation, Spring 2003, n° 44 (1), p. 25-44.
  • (en) David Smith, « The Popularity of Mme de Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne The Bibliographical Evidence », Eighteenth-Century Fiction, Oct. 1990, n° 3 (1), p. 1-20.
  • (de) Jurgen von Stackelberg, « Die Kritik an der Zivilizationsgesellschaft aus der Sicht einer 'guten Wilden' Mme de Graffigny und ihre Lettres d’une Péruvienne », Die franzosische Autorin Vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Renate Baader, Dietmar Fricke, Wiesbaden, Athenaion, 1979, p. 131-45.
  • (en) Downing A. Thomas, « Economy and Identity in Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », South Central Review, Winter 1993, n° 10 (4), p. 55-72.
  • (es) Juana Truel-Bressoud, « Notas en torno a Les Lettres d’une Péruvienne de Madame de Graffigny », Éd. Nancy Abraham Hall, Éd. Lanin A. Gyurko, Studies in Honor of Enrique Anderson Imbert, Newark, Cuesta, 2003, p. 289-304.
  • (en) Aurora Wolfgang, « Intertextual Conversations The Love-Letter and the Footnote in Madame de Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », Eighteenth-Century Fiction, Oct 1997, n° 10 (1), p. 15-28.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Mornet, « Les Enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littéraire de France, Paris, Colin, 1910, p. 449-496.

Texte en ligne[modifier | modifier le code]

texte