Les Karellis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Karellis
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Image illustrative de l'article Les Karellis
Administration
Pays France
Subdivision administrative Rhône-Alpes
Localité Montricher-Albanne
Site web www.karellis.com/
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 44″ Nord 6° 24′ 12″ Est / 45.228783, 6.403313  
Massif Maurienne
Altitude 1600 m
Altitude maximum 2495
Altitude minimum 1550
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 16
Téléphériques 0
Funitels et funiculaires 0
Télécabines 0
Télésièges 6
Téléskis 9
Fils neige 1
Débit 14275 p/h (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 28
     Noires 4
     Rouges 11
     Bleues 6
     Vertes 7
Total des pistes 60 km
Ski de fond
Total des pistes 30 km

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Les Karellis

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Les Karellis

Les Karellis est une station de ski savoyarde créée en décembre 1975, qui se situe au cœur de la vallée de la Maurienne sur la commune de Montricher-Albanne, dans le département de la Savoie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La station des Karellis se situe à une altitude entre 1 650 m et 2 495 m.

Avec une situation nord, la station bénéficie d'un bon enneigement avec un microclimat plutôt froid, ce qui lui permet d'être ouverte de décembre à mi-avril sans trop de problèmes d'enneigement.

Accès à la station[modifier | modifier le code]

La station se situe au-dessus de Saint Jean de Maurienne, à moins d'une heure de route de Chambéry, à une heure et demie de Grenoble et Annecy et à deux heures de Lyon. La sortie d'autoroute se situe juste en dessous de la station. Si les routes pour accéder à la station sont enneigées, les pneus neiges sont autorisés mais les chaînes sont obligatoires. La gare se trouve à 30 minutes de la station et il y a des navettes qui assurent la liaison entre la gare et les Karellis.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’origine du nom de la station provient du patois montrichelain « Karèle ». Lors de la création de la station, le nom « les Karellis » est venu naturellement. La Karèle, c’est une herbe lisse et longue qui pousse sur les alpages sur les versants ensoleillés de la commune. Autrefois, les bergers avaient comme passe-temps de glisser sur ces herbes à l’aide d’une planche ou d’un manteau.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 1955, suite au dépeuplement des zones de montagnes et au déclin de l'activité agricole, que l'idée de créer une station a commencé à germer. Le fondateur de la station s'appelle Pierre Lainé. Il a séduit le Conseil Municipal de l'époque grâce à sa conception unique de montage, basée sur le tourisme associatif, qui a permis à la commune de ne pas avoir à assurer d'investissement (puisque ce sont des associations qui ont investi).

Les communes Montricher et Albanne ont fusionné en 1970 pour permettre à la commune d'Albanne de s'associer au projet. Les travaux ont débuté en 1973 et la station s'est ouverte au public en 1976.

La station[modifier | modifier le code]

Promotion et positionnement[modifier | modifier le code]

La station a obtenu plusieurs labels « Famille Plus Montagne » ; « Site nordique » et « Nouvelles glisses »[1].

La station[modifier | modifier le code]

C'est une station à caractère associatif : tous les terrains appartiennent à la commune et les investisseurs ne sont que des associations. Ainsi, on y trouve 7 villages de vacances : 6 en pension complète et 1 en gîte, gérés par des associations.

L'offre en hébergement est atypique, la station propose quasi uniquement des formules en pension complète. Grâce à cette offre différente, l'ambiance dans la station est détendue et très conviviale et les prix sont très intéressants pour un séjour à la montagne.

Hébergement[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 4 099 lits touristiques répartis dans 305 établissements[Note 1]. Les hébergements se répartissent comme suit : 5 meublés ; 2 hôtels ; 7 centres ou villages de vacances/auberges de jeunesse[2]. Les 7 centres de vacances sont: Azurèva (160 chambres), Renouveau (210 chambres), Renouveau gîtes (57 gîtes), Relais soleil (ou Odesia, 85 chambres), Les Carlines (130 chambres), Arc en Ciel (130 chambres) et Les Balcons de Maurienne (172 chambres).

Restaurants, commerces et services[modifier | modifier le code]

La station dispose de plusieurs magasins (la Vordache, le Panier Savoyard, la supérette Sherpa), de plusieurs restaurants (le Mélèze, le Vinouva, le Karel'Crok), d'une location de ski ainsi que d'un office de tourisme.

Domaine skiable et gestion[modifier | modifier le code]

Le domaine[modifier | modifier le code]

Le domaine des Karellis possède 16 remontées mécaniques. Elle compte 60 km, sur 950 m de dénivelée de pistes de ski alpin, ainsi que 30 km de pistes de ski de fond et de 10 km d'itinéraires piétons et raquettes. Il y a 28 pistes de ski alpin : 7 pistes vertes (les Copies, le Lac, la Ponsonnière, les Près, les Gentianes, les Loix, et le Jardin d’Enfants), 6 pistes bleues (les Granges, la Somma, le Vinouve, les Arpons, les Mottes et le Guetton), 11 pistes rouges (le Vé, les Mottes Rouges, Pramol , la Combe de la Rama, la Combe des Chamois, la Rama, le Stade, les Archères, les Embrunes, les Fontagnoux, les Vordaches) et 4 pistes noires (les Enfers, les Bachaches, la Cote des Agneaux, les Crêtes). Il y a également un snowpark, un bordersnow et une piste de luge. 80% du domaine skiable se situe au-dessus de 2 000 m.

Les remontées mécaniques[modifier | modifier le code]

La station dispose de 9 téléskis (Albanne, La Plage, Cassemassion, Tête d'Albiez 1, Tête d'Albiez 2, les Loix, les Près 1, les Près 2, les Faysses), 4 télésièges fixes (les Chaudannes, les Fontagnoux, Les Granges et les Arpons), 2 télésièges débrayables (Plan du Four et Vinouve) et d'un télécorde (ou fil neige).

En novembre 2006, elle a inauguré le tout premier télésiège "chauffant" construit dans les stations françaises. Ce nouveau télésiège de six places débrayable, appelé télésiège de Vinouve, permet de transporter en six minutes les skieurs vers les pentes du secteur Albanne. Sa capacité est de 2 000 personnes/heure et son arrivée est située au Bec de l'Aigle. Le tracé de cette remontée est nouveau, et il évite aux skieurs d'emprunter le télésiège débrayable du Plan du Four ou le télésiège des Chaudannes pour se rendre sur le "secteur Albanne".

Gestion[modifier | modifier le code]

La station est aujourd'hui gérée par le CSK, le Conseiller Supérieur des Karellis. Ce conseil regroupe d'un côté Arc en Ciel, Azurèva, Les Balcons de Maurienne, Les Carlines et Renouveau (les centres de vacances) et de l'autre côté la commune. Contrairement aux centres de vacances, la commune dispose d'un droit de véto. Il y a également d'autres services qui font partie du CSK: l'ESF, l'Office de tourisme et les remontées mécaniques. Les commerces sont quant à eux organisés en coopérative. Il s'agit d'une gestion atypique et unique.

Renouveau, le premier bâtiment, a été construit par la commune et concédé pour 30 ans. C'est le seul centre de vacances qui n'est pas propriétaire de ses bâtiments. La commune touche 3% des recettes sur le chiffre d'affaires de la station.

Activités[modifier | modifier le code]

L'été, la station est ouverte pendant les mois de juillet et août et propose diverses activités, gérées par la station et l'office de tourisme : ballades à VTT, tir à l'arc, piscine chauffée, parcours acrobatiques forestiers, équitation, mini ferme, escalade, tennis, mini-golf, roller, randonnées pédestres, balade et randonnée à gyropode Segway par l'agence Mobilboard Pays de Maurienne, atelier de musique...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Karellis », sur site france-montagnes.com (consulté le 28 mars 2015). France Montagnes est une association qui regroupe des acteurs du tourisme de montagne en France.
  2. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com,‎ (consulté le 28 mars 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».