Aller au contenu

Les Fantômes (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Fantômes

Réalisation Jonathan Millet
Scénario Jonathan Millet
Florence Rochat
Musique Yuksek
Acteurs principaux

Adam Bessa
Tawfeek Barhom
Julia Franz Richter
Hala Rajab

Sociétés de production Films Grand Huit
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre thriller
Durée 106 minutes
Sortie 2024

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Les Fantômes est un film franco-germano-belge réalisé par Jonathan Millet et sorti en 2024. Inspiré des faits réels, il s'agit du premier long métrage du réalisateur[1],[2],[3].

Il est présenté en séance d'ouverture de la « Semaine de la critique », en compétition pour la Caméra d'or, au Festival de Cannes 2024[4].

Hamid, membre d'une organisation secrète poursuivant des criminels de guerre civile syrienne appelée Yaqaza, se balade un peu partout, à Strasbourg, à la recherche de son bourreau, dont il n'a jamais vu le visage, qui lui avait fait subir des tortures dans la prison de Saidnaya.

Fiche technique

[modifier | modifier le code]

 Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb. Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données d'Unifrance.

Distribution

[modifier | modifier le code]

Développement et genèse

[modifier | modifier le code]

Fin , Le Groupe Ouest révèle sa sélection annuelle des jeunes réalisateurs et leur projet de premier long métrage, dont Jonathan Millet qui se penche sur Les Fantômes, un film d'espionnage[2]. Ce film est soutenu au développement et produit par Pauline Seigland pour la société Films Grand Huit, ayant déjà travaillé avec lui sur le court métrage Et toujours nous marcherons (2017), avouant, en octobre, que « cette idée d’un film d’espionnage avec des personnages qui seraient des espions improvisés, dont ce ne serait pas le métier. Cet élément m’a semblé très intéressant car c’est un peu une réinvention du genre en allant vers quelque chose de plus intimiste »[3]. Le scénario est signé Jonathan Millet et Florence Rochat, à partir des faits réels[3] « sur des récits précis et les témoignages de membres de groupes secrets qui traquent en Europe les criminels de guerre syriens[6] », précise le réalisateur. À l'origine, il comptait en faire un documentaire, puis au bout de ses recherches, il découvre « de réseaux souterrains, de chasseurs de preuves, de groupes qui traquent en Europe pendant des mois les criminels de guerre. Je sens qu’il y a là quelque chose de fort qui m'emporte immédiatement. Cette découverte est concomitante avec la parution, en , dans Libération de deux articles sur la cellule Yaqaza et la traque du « chimiste » en Allemagne. À partir de cet instant, je veux remonter ce fil, sentant soudain que tout mon travail documentaire en amont va pouvoir prendre corps sur un récit en mouvement[7]. ».

Son budget est de 3,9 millions euros[5].

En , le réalisateur reçoit le prix à la Création de la Fondation Gan[8] qui le verse d'une aide de 53 000 euros pour son scénario[9].

Fin , il récolte deux prix pour son scénario, dont l'un du public et l'autre de Fondation Visio, au Festival Premiers Plans d'Angers[10]. En mars, Arte France Cinéma s'y engage en coproduction[11].

Le film est définitivement terminé le [12].

Durant l'interview avec le CNC, en , une question s'est posée : « Qui sont ces « fantômes » ? » et Jonathan Millet répond : « Mon projet était de réaliser un film sur l’invisible, à commencer par l’intériorité d’Hamid, ses traumas, son corps en mouvement… L’invisible représente aussi ces groupes secrets dont personne n’a jamais entendu parler ainsi que ces criminels de guerre pourchassés qui n’ont pas de visage. Le pluriel me permet aussi d’inclure tous les exilés de manière générale, ceux que l’on croise sans les voir[6]. ».

Attribution des rôles

[modifier | modifier le code]
Adam Bessa.

Fin , Adam Bessa, Tawfeek Barhom et Julia Franz Richter se sont dévoilés pour interpréter des rôles principaux[13],[14].

Dans un entretien avec Le Film français ayant lieu au Festival de Cannes, Jonathan Millet raconte que « le casting a duré plus d’un an », rencontrant des comédiens arabophones dans plus de quinze pays[12].

Le tournage débute le à Strasbourg[13],[14] pour, entre autres, le square Louise-Weiss reconstitué en marché de Noël du quartier de la Petite France[15],[16]. Il a également lieu en Jordanie, en septembre[17], pour le Moyen-Orient[18], le désert[16], le camp de réfugiés syriens et en Allemagne[12] pour Berlin[7].

Pendant le tournage, l'équipe a rencontré « quelques difficultés inhérentes »[12] du fait qu'Adam Bessa, Tawfeek Barhom et Julia Franz Richter ne connaissaient pas l'arabe syrien sur laquelle ils ont beaucoup travaillé[18].

Yuksek en 2018.

La musique du film est composée par Yuksek[19],[20].

Liste de pistes[19]
  1. Ses Yeux (1:36)
  2. Les Fantômes (2:44)
  3. Le Sac (2:27)
  4. Lui (2:20)
  5. Le Couteau (1:51)
  6. Tramway (1:34)
  7. Mon Deuil (0:53)

Festival et sortie

[modifier | modifier le code]

Les Fantômes est sélectionné en séance d'ouverture de la Semaine de la critique du Festival de Cannes 2024[21],[22]. Il a pour date de sortie, le , distribué par Memento dans les salles obscures[23].

Accueil critique

[modifier | modifier le code]

Après la projection du film au Festival de Cannes, Margaux Baralon du magazine Trois couleurs souligne que « Jonathan Millet embrasse pour la première fois la fiction et le fait totalement. (…) Les Fantômes impressionne par son rythme d’une implacable précision, cette oscillation permanente entre le doute, l’opaque, et la sortie du brouillard[24]. ». Clarisse Fabre du journal Le Monde assure que « Jonathan Millet ne dévie jamais de sa route : son film d'espionnage ne cède ni au drame ni à la romance, quand bien même Hamid noue des relations. (…) ici la fiction sculpte une terreur invisible, qui ne fait qu’envahir, plan après plan, l’imaginaire du spectateur[25]. ».

Distinctions

[modifier | modifier le code]

Récompenses

[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. « Les Fantômes », sur Films Grand Huit (consulté le ).
  2. a et b Fabien Lemercier, « Le Groupe Ouest dévoile sa Sélection Annuelle 2021 », sur cineuropa.org, (consulté le ).
  3. a b et c Fabien Lemercier, « Pauline Seigland – Productrice de Les Fantômes », sur cineuropa.org, (consulté le ).
  4. Luc Chessel, « Festival de Cannes 2024 : Les Fantômes de Jonathan Millet, bourreau des légendes », sur Libération, (consulté le ).
  5. a et b Patrice Carré, « Cannes 2024 – La production des "Fantômes" racontée par Les Films Grand Huit », sur Le Film français, (consulté le ).
  6. a et b « Jonathan Millet : « Le travail de mise en scène m’a libéré » », sur CNC, (consulté le ).
  7. a et b Dossier de presse : Les Fantômes, 2024 (consulté le ).
  8. a et b « Les Fantômes - Jonathan Millet Lauréat 2022 », sur Fondation Gan pour le cinéma (consulté le ).
  9. Yannick Vely, « Lauréat de la Fondation Gan, Jonathan Millet nous raconte «Les Fantômes», son premier film de fiction », sur Télérama, (consulté le ).
  10. a et b « Premiers Plans d'Angers : 35 festival 21 / 29 janvier – Palmarès », (consulté le ).
  11. « Arte France Cinéma coproduit les prochains films d'Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Cristina Comencini et le premier long métrage de Jonathan Millet », sur Arte, (consulté le ).
  12. a b c et d Patrice Carré, « Cannes 2024 - Jonathan Millet, réalisateur des "Fantômes" : "Le premier choix c'est de faire un film d'espionnage" », sur Le Film français, (consulté le ).
  13. a et b « Jonathan Millet débute bientôt le tournage de son premier long métrage de fiction » Inscription nécessaire, sur Le Film français, (consulté le ).
  14. a et b Fabien Lemercier, « Tournage imminent pour Les Fantômes de Jonathan Millet », sur cineuropa.org, (consulté le ).
  15. Florent Potier, « L’esprit du marché de Noël invoqué pour le tournage du film Les Fantômes » Inscription nécessaire, sur DNA, (consulté le ).
  16. a et b Aline Duchêne, « Strasbourg. Pourquoi il y avait un marché de Noël dans le centre-ville en plein été ? », sur actu.fr, (consulté le ).
  17. « Ça tourne en Bretagne ! », sur Bretagne cinéma, (consulté le ).
  18. a et b François Reumont, « Olivier Boonjing, SBC, évoque le tournage du film de Jonathan Millet, Les Fantômes », sur afcinema.com, (consulté le ).
  19. a et b « Les Fantômes (2024) », sur cinezik.org (consulté le ).
  20. Yuksek, « Joie et fierté d’annoncer que « LES FANTÔMES », magnifique film de Jonathan Millet (…) », sur Instagram, (consulté le ).
  21. Antoine Decléty, « Cannes 2024 : le film d’une productrice morlaisienne projeté en ouverture de la Semaine de la critique » Inscription nécessaire, sur Le Télégramme, (consulté le )
  22. Justine Carbon, « « Les Fantômes » de Jonathan Millet : ce qu’on sait du film d’ouverture de la Semaine de la Critique 2024 », sur Trois couleurs, (consulté le ).
  23. « Cannes 2024 - Memento fixe la sortie des "Fantômes" » Inscription nécessaire, sur Le Film français, (consulté le ).
  24. Margaux Baralon, « « Les Fantômes » de Jonathan Millet : réparer les vivants », sur Trois couleurs, (consulté le ).
  25. Clarisse Fabre, « Cannes 2024 : « Les Fantômes », un polar sensoriel sur la traque d’un criminel de guerre syrien » Inscription nécessaire, sur Le Monde, (consulté le ).
  26. « Les Fantômes (Ghost Trail) de Jonathan Millet », sur Semaine de la critique (consulté le ).

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]