Les Cloches rouges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Cloches rouges, sous-titré Mexique en flammes (en russe : Мексика в огне, Krasnye kolokola ; en italien : Messico in fiamme ; en espagnol : Campanas Rojas), est la première partie d'un film historique dramatique mexico-italo-soviétique réalisé par Serge Bondartchouk et sorti en 1982.

Le scénario du film est inspiré du livre de John Reed, Le Mexique insurgé.

Contexte et sujet[modifier | modifier le code]

Les deux parties[1] du film présentent des épisodes de la vie et de la carrière de John Reed, un journaliste communiste révolutionnaire dont la vie a auparavant inspiré Warren Beatty pour son film Reds (1981). Cette première partie se focalise sur le reportage effectué par Reed en 1915 sur la révolution mexicaine (1910-1917) et montre le caractère terrible des assauts lancés par la División del Norte (en) de Zapata.

Les Cloches rouges est généralement considéré comme étant un film raté principalement dû au fait qu'une grande partie de l'œuvre s'articule autour de l'histoire d'amour entre le journaliste et une femme riche.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au Mexique, en 1913, une guerre civile fait rage. Deux armées de paysans dirigées par Emiliano Zapata au sud et Francisko ("Pancho") Villa au nord se dirigent vers la capitale occupée par les troupes du dictateur le général Huerta et le combattent. Au plus fort des combats, le journaliste américain John Reed arrive afin de s'entretenir avec, Pancho Villa, le chef des paysans révoltés.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La deuxième partie du film est sous-titrée J'ai vu la naissance d'un monde nouveau

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Reed, Le Mexique insurgé (traduit de l'américain par François Maspero), Paris : Seuil, 1996 (ISBN 2-02-026172-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]