Le Maître de forges (film, 1933)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un film français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Le Maître de forges est un film français réalisé par Fernand Rivers, supervisé par Abel Gance[1], sorti en 1933.

Le film est un remake du film éponyme d'Henri Pouctal, sorti en 1912. Comme celui-ci, il est tiré du roman Le Maître de forges de Georges Ohnet, publié en 1882. Il met notamment en vedette Gaby Morlay et Henri Rollan.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Quatre familles sont mises en scène, De Beaulieu, noblesse dont la ruine subite intervient au début du film, Derblay, industriel historique maitre de forges, de Bligny, grande noblesse oiseuse et dépensière, et Moulinet, très riche industriel parvenu et sans éducation. Entre ces personnages va se jouer un ballet de calculs matrimoniaux, d'espoir déçus, de regrets, de tromperies, de résignation, de jalousie et de perfidie.

Claire de Beaulieu, riche héritière, devait épouser le duc de Bligny, mais apprenant sa ruine, le duc s'écarte d'elle et préfère la riche Athénaïs Moulinet dont le père, jouant de sa fortune, ferait tout pour accéder au beau monde. Claire, qui est tenue ignorante de sa ruine, accepte par dépits la demande en mariage de Philippe Derbaly. Claire et Athénaïs se sont connues adolescentes en pension et ont toujours été rivales. Claire n'aime pas Philippe et ce dernier est déçu de ce mariage, ils vont vivre sans se parler, mais peu à peu Claire se rapproche de lui jusqu'à comprendre sa grandeur d'âme.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

« ... ce Maître de forges modernisé qu'il [Gance] conduisit en 1933 pour Fernand Rivers. En fait, il n'en fut que le conseiller technique et ne mérite de figurer dans sa filmographie qu'à ce titre. Fernand Rivers, abandonnant la direction du Théâtre de la Porte Saint-Martin qui périclitait, désirait se lancer dans la réalisation de films populaires pour le public du samedi soir. »

— Roger Icart, Abel Gance, auteur et ses films alimentaires, revue 1895, n°31, 1895 en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]