Laurent Sagalovitsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laurent Sagalovitsch
Laurent Sagalovitsch-IMG 5614.JPG
Laurent Sagalovitsch à Lausanne en 2016
Biographie
Naissance
Nationalités
Domicile
Vancouver
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Genre artistique
Site web


Laurent Sagalovitsch, né le à Montreuil-sous-Bois, est un écrivain et blogueur français et canadien installé à Vancouver depuis 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1967 d'un père belge ashkénaze et d'une mère tunisienne séfarade[1] professeure de lettres classiques, il est très jeune fasciné par le continent et la culture américaine[2]. Il développe également une passion pour le football, Louis de Funès[3] et Malcolm Lowry[4].

Il est critique littéraire dans divers quotidiens et hebdomadaires tels que Libération, Les Inrockuptibles et L'Événement du jeudi. Il reçoit en 1997 la bourse de la fondation Hachette pour son deuxième roman, La Canne de Virginia où il met en scène les dernières heures de Virginia Woolf à travers les yeux de son mari, Léonard Woolf. Son troisième roman, Loin de quoi ?, est le coup de cœur du magazine Le Point en 2005. Ce roman est le premier volet d'une trilogie avec La Métaphysique du hors-jeu et Un juif en cavale mettant en scène le personnage de Simon Sagalovitsch errant entre Vancouver, Paris et Tel-Aviv.

Son œuvre romanesque interroge le cœur de l’identité juive sous tout ses aspects avec sous-jacente une interrogation sur la portée et les ramifications de l'Holocauste dans la construction mentale du juif contemporain.

Il anime depuis 2011 un blog sur Slate.fr, intitulé You will never hate alone[5] où il jette un regard acide sur la société qui l'entoure tout en racontant ses déboires personnels et autres obsessions, notamment sa passion des chats et des livres.

En 2016, il publie Vera Kaplan inspiré par l'histoire de Stella Goldschlag, jeune berlinoise juive qui collabore avec la Gestapo pour sauver sa famille[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12].

En 2019 sort son roman Le temps des orphelins.

La Canne de Virginia a été traduite en italien sous le titre Il bastone di Virginia Woolf[13] et en espagnol el baston de Virginia ; le roman Loin de quoi ? est traduit en italien sous le titre Lontana da cosa?

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Laurent Sagalovitsch », RFI- Emission en sol majeur,‎ (lire en ligne)
  2. « Laurent Sagalovitsch: Novelist and Blogger », sur TFO- Emission Carte de visite,
  3. « La petite honte qui fait du bien », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  4. « Interview de Laurent Sagalovitsch (2/2) », sur www.poteaux-carres.com (consulté le 24 juin 2019)
  5. Laurent Sagalovitsch, « You Will Never Hate Alone », sur le site slate.fr (consulté le 29 mars 2018)
  6. « Vera Kaplan »
  7. « Laurent Sagalovitsch, l’interview Jewpop », sur Jewpop
  8. « Monstrueusement humaine Vera Kaplan, avec Laurent Sagalovitsch (10 min) »
  9. « Vera Kaplan »
  10. « Vera Kaplan ou l’expérience du gouffre »
  11. « Reflets du temps a lu : « Vera Kaplan », Laurent Sagalovitsch (Buchet-Chastel, août 2016) »
  12. « La rédaction l'a lu - Je suis juive et je ne veux pas mourir »
  13. (it) « Una morte nell'acqua. Il bastone di Virginia Woolf », La Stampa,
  14. « LAURÉAT DE LA BOURSE 1997-écrivain », sur Fondation Jean-Luc Lagardère
  15. « Prix des lecteurs de L’Hebdo: les finalistes », L'Hebdo,‎ (lire en ligne)
  16. « Prix du Parisien Magazine : voici nos cinq finalistes ! », Parisien Magazine,‎ (lire en ligne)
  17. Dinah Brand, « Imbroglio au bord de l'eau », sur L'Express.fr, (consulté le 14 novembre 2012)
  18. Alexandre Fillon, « Les brigades du rire - L'humour juif: Laurent Sagalovitsch », sur L'Express.fr, (consulté le 14 novembre 2012)
  19. Raphaëlle Leyris, « "La Métaphysique du hors-jeu", de Laurent Sagalovitsch : les jubilations dépressives de M. Sagalovitsch », Le Monde des livres,‎ (lire en ligne)
  20. Alain Granat, « « Un juif en cavale », fin de saga pour Sagalovitsch », JewPop,‎ (lire en ligne)
  21. Anne Pitteloud, « Vivre à tout prix », LeCourrier,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2016)
  22. Isabelle Falconnier, « L’histoire de Vera Kaplan », L'Hebdo,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]