Laurence Geai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laurence Geai
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activité

Laurence Geai, née en 1984, est une photojournaliste, photographe de guerre française. Elle vit et travaille à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurence Geai décide de devenir photojournaliste en 2013, après des études de commerce, un court passage dans la mode et une expérience dans le journalisme audiovisuel[1],[2].

En mars 2013, elle réalise un premier reportage en Syrie.

Depuis 2014, photographe à l'agence Sipa Press, elle suit la vie des migrants aux portes de l'Europe et en France, tout en continuant à couvrir certaines zones de conflits (Irak, Syrie, Centrafrique,Israël-Palestine)[2],[3].

Elle expose à Perpignan son reportage sur la guerre de l’eau en Palestine lors du festival Visa pour l'image de 2016[4].

Elle collabore avec différents médias, comme Le Monde, Le JDD, Polka, L'Obs, Le Figaro, Paris-Match, La Vie, The Washington Post, Newsweek, etc[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • « L'impossible retour des déplacés de Rakka », dans : Le Monde, 2016.
  • « A Genève, le régime Assad en force », dans : Le Monde, 2016.
  • « Laurence Geai », dans : Polka, n° 32, nov. 2015-janv. 2016, p. 12.
  • Laurence Geai, « Souraj ou la nouvelle vie », dans : Polka, n° 40, hiver 2017, p. 82-87.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Polka 2017[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucile Quillet, « Laurence Geai : "Certains combattants roulent des mécaniques devant les femmes reporters" », Madame Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c rédaction de Paris-Match, « Laurence Geai : "Eaux troubles à Gaza" », sur parismatch.com, .
  3. a et b « Laurence Geai : "Mon pavé 2018 c'est un accueil digne des demandeurs d’asiles et des réfugiés en France" », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  4. Magali Jauffret, « Visa pour l’image. Les femmes cassent la baraque », sur humanite.fr,