Laird Hunt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hunt.
Laird Hunt
Description de l'image LairdHunt.jpg.
Naissance (50 ans)
Singapour
Activité principale
écrivain, traducteur, romancier
Distinctions
prix Anisfield-Wolf
Auteur
Langue d’écriture anglais américain
Genres
roman, novella

Laird Hunt, né le à Singapour, est un écrivain américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un MFA in Writing & Poetics obtenu à la Jack Kerouac School of Disembodied Poetics à l'Université de Naropa dans le Colorado. Il a contribué à plusieurs numéros de la Revue inculte.

Laird Hunt est l'auteur de sept romans et d'un recueil de nouvelles et de textes courts. Son écriture explore différents territoires littéraires tels que le roman noir, la littérature expérimentale, la métafiction ainsi que le roman historique. Ses influences littéraires incluent Georges Perec, W.G. Sebald, Samuel Beckett, Franz Kafka et Maurice Blanchot.

Laird Hunt réside à Boulder dans le Colorado avec sa femme, la poétesse Eleni Sikelianos.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • The Paris Stories, 2000.
  • The Impossibly, 2001. Traduit en français sous le titre Une impossibilité par Christophe Marchand-Kiss, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres anglo-américaines », 2004, 227 p. (ISBN 2-7427-5304-4)[1]
  • Indiana, Indiana, 2003. Traduit en français sous le titre Indiana, Indiana . Les Beaux Moments obscurs de la nuit par Barbara Schmidt, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres anglo-américaines », 2007, 222 p. (ISBN 978-2-7427-6705-2)[2]
  • The Exquisite, 2006. Traduit en français sous le titre New York no 2 par Barbara Schmidt, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres anglo-américaines », 2010, 283 p. (ISBN 978-2-7427-9445-4)
  • Ray of the Star, 2009.
  • Kind One, 2012. Traduit en français sous le titre Les bonnes gens par Anne-Laure Tissut, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres anglo-américaines », 2014, 242 p. (ISBN 978-2-330-02751-3)[3] Finaliste du Prix PEN/Faulkner 2013, Prix Anisfield-Wolf 2013 pour la fiction.
  • The Evening Road, 2017[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Laird Hunt. Une impossibilité. », sur Libération.fr, (consulté le 13 juin 2015)
  2. Dominique Aussenac, in "Le Matricule des Anges", n°084, « : Indiana, Indiana - Laird Hunt », sur Le Matricule des Anges (consulté le 13 juin 2015)
  3. Thomas Stélandre, « Laird Hunt: «Je crois que les histoires qu’on doit raconter, ce sont les histoires de femmes» », sur Libération.fr, (consulté le 13 juin 2015)
  4. Clare Clark, « Neverhome by Laird Hunt review – ‘a brilliant and breathtaking blaze of a novel’ », sur the Guardian, (consulté le 13 juin 2015)
  5. « Neverhome, Hunt Laird - Livres - Télérama.fr », sur www.telerama.fr (consulté le 26 septembre 2017)
  6. (en-GB) John Burnside, « The Evening Road by Laird Hunt review – the banality of evil », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]