La Révolution des fourmis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Fourmis.
La Révolution des Fourmis
Auteur Bernard Werber
Genre Roman
Éditeur Albin Michel
Date de parution 1996
ISBN 2253144452
Série Trilogie des Fourmis
Chronologie

La Révolution des fourmis est un roman de Bernard Werber publié en 1996.

Troisième et dernier volet de la trilogie des Fourmis, après Le Jour des fourmis, ce livre relate les débuts de la coopération entre le monde des fourmis et le monde des humains.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le livre raconte l'histoire de la fourmi 103e et d'une étudiante au chant captivant, Julie Pinson. Elles essaient chacune de révolutionner leur monde respectif, se rencontrent, et se comprennent malgré les millions d'années de préjugés qui les séparent.

Personnages[modifier | modifier le code]

Humains[modifier | modifier le code]

  • Julie Pinson
Personnage principal humain. Adolescente rebelle, elle a 19 ans et est élève de Terminale. Elle devient la chanteuse du groupe les 7 nains rebatisé Les Fourmis. Elle est l'instigatrice de la "Révolution des fourmis".
  • les 7 nains : Le groupe des 7 élèves de la classe de Julie Pinson qui reste au fond de la classe :
    • David
    • Francine
    • Zoé
    • Paul
    • Ji-woong
    • Narcisse
    • Léopold
  • Gonzague Dupeyron : Neveu du maire. Élève studieux et sociopathe. Membre du groupuscule d'extrême droite des Rats noirs. Principal ennemi de Julie et des 7 nains.
  • Maximilien Linart : Commissaire de police chargé d'enquêter sur une mystérieuse pyramide dans la forêt de Fontainebleau. Il est par la suite chargé de déloger Julie et des "révolutionnaires" du lycée où ils se sont barricadés.

Fourmis[modifier | modifier le code]

  • 103e
Personnage principal fourmi, soldate asexuée puis femelle. Elle est l'instigatrice de la "Révolution des Doigts".

Commentaire de l'auteur[modifier | modifier le code]

« Ce livre a été écrit après l'échec des Thanatonautes. L'idée était de faire un manuel pour faire la prochaine révolution. Une révolution qui ne fait pas couler le sang mais qui utilise Internet. Pour que les idées soient jugées sur leurs valeurs et non sur l'apparence ou le statut de celui qui les émet. Les fourmis ont un système où les idées circulent de manière fluide. Internet aussi. Donc, j'ai pensé : si la révolution communiste c'est "les soviets plus l'électricité", La Révolution des fourmis c'est "les individus plus Internet". »

Autour de l'œuvre[modifier | modifier le code]

L'héroïne humaine s'appelant Julie Pinson, il se pourrait qu'elle ait un lien de parenté avec le héros des Thanatonautes et ses suites, Michael Pinson.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]