La Gustave (montgolfière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Gustave
Image illustrative de l’article La Gustave (montgolfière)
Montgolfière La Gustave,
par Charles Ange Boily, de l'Académie de Lyon.
London Sciences Museum

Équipage 2
Premier vol
Motorisation
Moteur(s) vol libre
Dimensions
Envergure 70 pieds, soit 22 m
Masses et capacité d'emport
Passagers M. Fleurant
Élisabeth Tible
Performances
Altitude de croisière 1 500 m

La Gustave est le nom d'une montgolfière, qui décolle des Brotteaux à Lyon le avec une des premières femmes de l'histoire de l'aéronautique, la première à avoir effectué un vol libre, Élisabeth Tible. La montgolfière est baptisée ainsi par son propriétaire et pilote, le peintre Fleurant, en hommage au roi de Suède Gustave III[1].

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Le troisième voyage aérien de l'histoire a lieu à Lyon le , sous le nom de La Flesselle, en hommage à Monsieur de Flesselles, intendant de Lyon. La montgolfière décolle d'un champ au dehors de la ville, les Brotteaux, avec Jean-François Pilâtre de Rozier, le comte de Laurencin, le comte de Dampierre, le marquis de Laporte d'Anglefort, le prince de Ligne, et Joseph-Michel de Montgolfier, membre de l'Académie des sciences. Le ballon se déchire après une douzaine de minutes, retombant à une centaine de mètres[2],[3].

Quelques mois plus tard, le de la même année, l'artiste-peintre Fleurant affrète une montgolfière de 70 pieds de diamètre sur le même champ des Brotteaux. Profitant du passage à Lyon du populaire roi de Suède, Gustave III, qui voyage en France sous le nom de comte de Haga, il la baptise La Gustave[4].

Fleurant doit effectuer l'ascension accompagné du comte de Laurencin, qui avait déjà été passager à bord du Flesselles, mais, probablement refroidi par l'atterrissage brutal de ce ballon, il décide de ne pas repartir. Fleurant propose alors à une belle et capiteuse Lyonnaise de 19 ans[réf. nécessaire], Élisabeth Tible, d'être sa compagne de voyage[5].

Vol[modifier | modifier le code]

L'engin décolle des Brotteaux à Lyon, entre les actuelles rues Duguesclin, Créqui, Sèze et Bossuet[6]. En quelques minutes, il atteint mille cinq cents mètres d'altitude, parcourant environ huit kilomètres en une heure. L'atterrissage est rude, non loin du château de la Duchère, et la passagère a la cheville foulée.

L'expérience est relatée par Fleurant lui-même : « Un froid subit nous saisit en même temps, ma compagne et moi ; il fut suivi d'un bourdonnement aux oreilles qui nous fit craindre de ne plus pouvoir nous entendre [...] Ces deux sensations durèrent peu et firent place à un état de bien-être et de suave contentement qu'on ne goûterait, je pense, dans aucune potion ; Mlle Tible l'exprima en chantant l'ariette de La Belle Arsène : « Je triomphe ! Je suis reine… » : je lui répondis par celle de Zémir et Azor : « Quoi ! voyager dans les nuages !… » »

Reconstitution probable du trajet de La Gustave, sur une carte de 1835.

Quelques semaines plus tard, le , le roi Gustave III de Suède est à Paris et assiste avec Louis XVI à l'envol d'une nouvelle montgolfière, La Marie-Antoinette, depuis les jardins du château de Versailles[7].

Postérité[modifier | modifier le code]

Panneau de la fresque "Carnet de voyage", Gare Jean Macé, à Lyon.

Un panneau de la fresque "Carnet de voyage", avenue Bertelot (Lyon), sur la gare RER de Jean Macé rappelle cet événement[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Faure, Les Frères Montgolfier ou la conquête de l'air (lire en ligne).
  2. « Ballon 1784. », sur cabanus.e-monsite.com (consulté le 7 novembre 2016).
  3. « Aërostat enlevé à Lyon le 10 [sic 19] janvier 1784 Par M. Montgolfier l'ainé, M. Pilatre de Rozier, le Prince Charles fils du P.ce de Ligne les c.tes de Laurencin, de Dampierre, de la Porte &c. : [estampe] », sur Gallica, (consulté le 7 novembre 2016).
  4. Alfred Sircos et Th Pallier, Histoire des ballons et des ascensions célèbres / A. Sircos et Th. Pallier ; avec une préface de Nadar ; dessins de A. Tissandier..., (lire en ligne).
  5. Joseph Louis Lecornu, La navigation aérienne : histoire documentaire et anecdotique... / J. Lecornu, (lire en ligne).
  6. « Montgolfier - Les Rues de Lyon », sur lesruesdelyon.hautetfort.com (consulté le 7 novembre 2016).
  7. « La Montgolfière Marie Antoinette - 2e Expérience faite à Versailles dans la Cour des Ministres par Mr. Pilatre de Rozier en 1784 : [estampe]. 36 », sur Gallica, (consulté le 7 novembre 2016)
  8. Bloody Webdesign // www.bloody.fr, « CITECREATION », sur cite-creation.com (consulté le 7 novembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fleurant, Avis du sieur Fleurant sur la montgolfière qu'il a construite aux Broteaux, Lyon, Imprimerie de la ville, , [2] p.
  • Elisabeth Tible, « Lettre à Mme ***[relatant les détails du voyage que j'ai fait dans les airs le 4 juin] », Journal encyclopédique ou universel, dédié à Son Alt. Sérénissime Mgr. le Duc de Bouillon Etc. Etc. Etc., vol. 7, no 1,‎ , p. 289-294 (OCLC 421932427, lire en ligne)
  • Jean-Baptiste de Laurencin, Lettre de M. le comte de Laurencin à M. J[ose]ph de Montgolfier, Sur l' Expérience Aérostatique faite à Lyon le 4 juin 1784, en présence du Roi de Suède, 32 p. (lire en ligne)
  • Le Journal des sçavans, Paris, Jean Cusson, (lire en ligne), p. 760 sqq.
  • « De Paris le 18 Juin », La Gazette d'Amsterdam,‎ , p. 5-6 (lire en ligne)
  • Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l'histoire de la république des lettres en France, depuis MDCCLXII jusqu'à nos jours, t. 26, Londres, John Adamson, , 292 p. (lire en ligne), p. 58 et 82
  • Pierre-Jean-Baptiste Nougaret, Spectacle et tableau mouvant de Paris ou Variétés amusantes, t. I, Paris, chez la veuve Duchesne, (lire en ligne), p. 99-100
  • Jean-Henri Hassenfratz, Encyclopédie méthodique. Physique, Paris, chez Mme veuve Agasse, imprimeur-libraire, , 404-240 p. (lire en ligne), p. 42.
  • Raoul de Cazenove, « Ascension du Ballon Le Gustave à Lyon - 4 juin 1784 », Revue lyonnaise,‎ , p. 549 (lire en ligne)
  • Ariane, « Les femmes et la conquête de l'air », Nouveauté : modes, ouvrages, variétés, roman,‎ , p. 7 ; 9 (lire en ligne)
  • Élisabeth Boselli, « Élisabeth Thible : La première femme volante », Icare, no 124,‎ , p. 112-115
  • Nicolas Witkowski, Trop belles pour le Nobel : les femmes et la science, Paris, Seuil, , 259 p.
  • Bernard Marck, Elles ont conquis le ciel, Paris, Arthaud, (ISBN 978-2-7003-0121-2).