Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis LORIA)
Loria
Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (logo).svg
LORIA.jpg
Histoire
Fondation
Prédécesseur
Centre de recherche en informatique de Nancy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Cadre
Code
UMR7503Voir et modifier les données sur Wikidata
Type
Domaine d'activité
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Direction
Jean-Yves Marion (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Organisations mères
Site web

Le Loria est le laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications.

Il est situé à Vandœuvre-lès-Nancy et Villers-lès-Nancy, près de Nancy, sur le campus de l'université Henri-Poincaré (Nancy-I).

Aspects historiques[modifier | modifier le code]

L'informatique a été introduite dans les universités de Nancy dès 1957[1] sous l'impulsion de Jean Legras, spécialiste en analyse numérique. Il put faire démarrer des travaux en mécanique rationnelle avec un IBM 604. Peu après, autour d'un ordinateur IBM 650, une équipe de chercheurs pratiquaient le calcul numérique[2].

Marion Créhange soutient en 1961, sous la direction de Jean Legras, l'une des premières thèses françaises en informatique[3][4].

Le contexte informatique régional : de l'IUCA au CIRIL[modifier | modifier le code]

Le calcul scientifique fut la première filière de croissance de l'informatique lorraine, comme le rappelle le nom du premier établissement orienté informatique à Nancy : l'IUCA (institut universitaire de calcul automatique). Créé par Jean Legras en 1959, il rassemblait des chercheurs issus des mathématiques appliquées ou venant des écoles d'ingénieur de Nancy. Il fut ensuite doté d'un ordinateur français, le CAE 510. Le logiciel était écrit en Fortran 4 (ou en Algol 60, à titre expérimental).

En 1970, l'acquisition d'un CII 10070 a permis un premier changement d'échelle, avec toujours une focalisation sur le calcul scientifique (et une ouverture sur les traitements graphiques).

En 1974, l'acquisition d'un Iris 80 a entrainé une diversification encore plus avancée, grâce à la mémoire virtuelle (qui permettait d'héberger n'importe quelle application), le temps partagé (et les traitements interactifs) et une offre logicielle de plus en plus variée. Le sigle de ce centre est devenu "IUCAL" (institut universitaire de calcul automatique de lorraine).

Enfin, dans les années 1980, l'acquisition d'un Multics a symbolisé la position de Nancy comme centre de calcul régional. Le sigle a de nouveau évolué pour devenir CIRIL (centre inter-régional d'informatique de Lorraine ; aujourd’hui centre interuniversitaire des ressources informatiques de Lorraine), et depuis 1998 sa mission prioritaire est la gestion du réseau régional Stannet, accès Internet des établissements académiques de Nancy.

Appropriation de l'informatique par les secteurs scientifiques[modifier | modifier le code]

À travers le Centre de recherche pour un Trésor de la langue française (CRTLF), la linguistique, et plus précisément la lexicologie, a été l'une des premières disciplines scientifiques à faire usage de l'informatique. Des réflexions démarrées dans les années 1955 ont permis la mise en place d'une application très novatrice, la fabrication d'un dictionnaire en utilisant des moyens d'analyse automatique de la langue. Elle disposait pour cela l'un Gamma 60, la plus grande configuration informatique disponible à cette époque.

Grâce aux coopérations entre Paul Imbs et Jean Legras, le CRTLF s'est associé aux universités pour l'acquisition de l'Iris 80. Cela a permis de développer des compétences autour de la recherche d'information par l'utilisation des logiciels Mistral et ultérieurement Texto.

Dans la même période, d'autres établissements lorrains ont commencé à s'équiper d'ordinateurs (par exemple un IBM 1130 à l'ENSIC).

Le Centre de recherche en informatique de Nancy (CRIN)[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, Claude Pair diversifie les thèmes de recherche autour de la compilation, de la théorie des graphes, des structures de données et de la théorie des langages. Dans les années 1970, il crée une équipe de recherche sur ses thèmes de recherche qui deviendra par la suite le CRIN (Centre de Recherche en Informatique de Nancy), en association avec le CNRS.

Jean-Paul Haton introduit en 1973 une nouvelle thématique, la reconnaissance de la parole.

Le CRIN a été successivement dirigé par :

  • Claude Pair,
  • Jean-Claude Derniame,
  • Jean-Pierre Finance,
  • Jean-Marie Pierrel.

L'INRIA Lorraine[modifier | modifier le code]

En 1986, l'INRIA a installé à Nancy sa cinquième unité, après Rocquencourt, Rennes (IRISA), Sophia Antipolis et Grenoble.

Le LORIA[modifier | modifier le code]

Le LORIA est issu, en , de la réunion du CRIN et de l'INRIA Lorraine.

Thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

La mission fondamentale du LORIA est de mener des recherches fondamentales et appliquées, au niveau international, dans le domaine des sciences et technologies de l'information et de la communication. Le LORIA assure également des missions de formation par la recherche (thèses) et de transfert de technologie.

Ses thèmes de recherche sont les suivants :

Établissements partenaires[modifier | modifier le code]

Trois établissements sont partenaires du laboratoire :

  • le CNRS, Centre National de Recherche Scientifique (UMR 7503)
  • Inria, anciennement Institut national de recherche en informatique et en automatique
  • l'Université de Lorraine

Avant la fusion des quatre universités de Lorraine le , le LORIA était cohabilité par l'INPL, l'Université Henri Poincaré et l'Université Nancy 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Pierre Lescanne, « La science informatique », dans Encyclopédie Illustrée de la Lorraine, Histoire des Sciences et des Techniques, vol. Sciences exactes, Editions Serpenoises, , 105-116 p. (lire en ligne)
  2. Voir le témoignage de Jacques André, « Downard to (la descente aux enfers vers) FORTRAN », Bulletin de l'ACONIT, no 17,‎ , p. 11-12 (lire en ligne) .
  3. Dupont-Besnard 2022.
  4. François Burckard, « Les archives et l'informatique en France, perspectives et directions de recherches », La Gazette des archives, Association des archivistes français, no 75,‎ , p. 159–177 (172) (DOI 10.3406/gazar.1971.2213, lire en ligne, consulté le ).
  5. Présentation les structures de traits sur le site du LORIA

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pair, C. (1990) - « The History of a Laboratory », IEEE Annals of the History of Computing, Volume 12 Issue 3
  • Pair, C. (1993) - « Éditorial », À tout CRIN, no 58, Centre de recherche en informatique de Nancy, Nancy
  • Tissier, G. (1993) - « Avant le CRIN », À tout CRIN, no 58, Centre de recherche en informatique de Nancy, Nancy
  • Pierre Lescanne, « La science informatique », dans Encyclopédie Illustrée de la Lorraine, Histoire des Sciences et des Techniques, vol. Sciences exactes, Éditions Serpenoises, , 105-116 p. (lire en ligne)
  • Marion Créhange, Marie-Christine Haton: L'informatique universitaire à Nancy : un demi-siècle de développement. Technique et Science Informatiques 33(1-2): 127-141 (2014)
  • Marion Créhange, Pierre Lescanne et Alain Quéré, « L'informatique de Claude Pair : L'apport de Claude Pair à la création de la science informatique (années 1963 - 1981) », 1024 - – Bulletin de la Société informatique de France, no 18,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]