L. Austin Jr Oliver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L. Austin Jr Oliver
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tuckahoe (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

L. Austin Jr Oliver, né le à Tuckahoe (dans l'État de New York) et mort le , est un ornithologue américain.

Il fait ses études d'abord à l'université Wesleyan dans le Connecticut puis à Harvard. Il s'intéresse activement à l'étude des oiseaux et participe, dès 1927, à une expédition scientifique dans la péninsule du Yucatan et au Honduras britannique, organisée pour le compte du Museum of Comparative Zoology d'Harvard.

En 1931, il obtient le premier titre de docteur en ornithologie délivré par l'université d'Harvard. Dès 1930, il travaille pour le bureau de recherche biologique du Minnesota mais il perd son emploi lors de la grande dépression. Il survit en cultivant et en commercialisant des orchidées.

Il participe dans les rangs de l'U.S. Navy à la guerre du Pacifique et profite de ses déplacements pour collecter des spécimens (oiseaux mais aussi mammifères) qu'il expédie au Museum of Comparative Zoology.

À la fin de la guerre, il est stationné en Corée ce qui lui permet de publier, en 1948, The Birds of Korea. En 1946, il est transféré au Japon et est affecté à l'équipe du général MacArthur. Oliver a en charge l'organisation de la législation concernant la faune sauvage.

Il retourne aux États-Unis en 1950, où il fera paraître, en 1953, en collaboration avec le marquis Nagahisa Kuroda, The Birds of Japan, Their Status and Distribution, qui devient rapidement un ouvrage de référence.

Oliver devient professeur de zoologie à l'université de l'armée de l'air basée sur la base Maxwell en Alabama. En 1955-1956, il participe à une expédition en Antarctique conduite par l'amiral Byrd.

En 1957, il devient le conservateur du muséum d'histoire naturelle de Floride et contribue à une substantielle augmentation des collections qui atteignent près de 18 000 spécimens. Il conservera ce poste jusqu'en 1977.

En 1961, il fait paraître Birds of The World qui devient une sorte de best-seller et sera traduit en sept langues.

Liens externes[modifier | modifier le code]