Léon Didier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Didier.
Léon Didier
Robert Grassin.jpg
Léon Didier et Robert Grassin, 1922
Informations
Surnoms
Le Frégoli du demi-fond
L'Hôtelier de VillennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Décès
Nationalité
Spécialité
Équipes professionnelles
1910-1922Individuel
Principales victoires

Léon Didier, né le à Vanves et mort le à Aulnay-sous-Bois, est un coureur cycliste français. En 1910, à l'âge de 29 ans, Léon Didier passe professionnel, d'abord comme sprinter, et aussi sur triplette. Un an plus tard, il se spécialise dans le demi-fond. Léon Didier, entraîné par Arthur Pasquier, bat le record du monde des 100 km, à la moyenne de 89,850 km/h à Dresde, . En 1921 , il devient champion de France de la discipline.

Après sa retraite cycliste, il devient « pacemaker » (entraîneur). L’organisateur Bob Desmarets, directeur du Vél d'Hiv, eut l’idée d'appairer Robert Grassin avec Léon Didier, à l’occasion du Prix Paul Bor, le . Ils se produisent régulièrement ensemble jusqu’à leur rupture en 1924. Didier l'aurait laisser froidement laissé « tomber » dès son arrivée à Hanovre, lors d’une tournée outre-Rhin, pour s’associer au stayer allemamd Erich Möller (de), Grassin en avait conçu grosse rancœur[1]. Didier offre successivement ses services à Victor Linart, puis Georges Sérès[2].

En 1928, il achète le restaurant, « Aux Peupliers », qu'il dirige depuis 1921 et jusqu'à son décès, en face de l'Île de Platais, au bord de la seine à Villennes-sur-Seine. Ce qui lui vaut son surnom « l'hôtelier de Villennes »[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Léon Didier, entraîneur de Robert Grassin

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Images externes[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Photographies de presse sur le site de la Bibliothèque nationale de France BnF disponible sur Gallica