L'Usage du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Usage du monde
Image illustrative de l’article L'Usage du monde
Itinéraire du voyage tel que raconté dans le livre

Auteur Nicolas Bouvier
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Genre Récit de voyage
Éditeur Librairie Droz
Date de parution 1963
ISBN 978-2-600-00600-2

L'Usage du monde est un récit de voyage de l'écrivain suisse Nicolas Bouvier illustré par Thierry Vernet et publié pour la première fois en 1963 à compte d'auteur à la Librairie Droz. Cet ouvrage retrace l'itinéraire que Bouvier et Vernet ont réalisé entre Genève et la passe de Khyber de à (le récit commence en réalité à Travnik en ).

Au fil des années et des rééditions, le livre devient un grand classique de la littérature de voyage[1]. En plus de la description factuelle de son voyage, l'auteur accorde une grande place aux personnes rencontrées et invite le lecteur à s'émerveiller du monde au gré des flâneries et à se laisser « remodeler » par le voyage. Ces mêmes thèmes reviendront dans plusieurs autres œuvres de Bouvier comme Chronique japonaise, Le poisson-scorpion ou Journal d'Aran et d'autres lieux.

En 2006, les éditions L'Âge d'Homme publient sous le titre Peindre, écrire chemin faisant la correspondance que Thierry Vernet envoya presque quotidiennement à sa famille tout au long de ce voyage.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le livre est un récit du voyage effectué par les deux amis de la Yougoslavie à l'Afghanistan, entre et . La route, effectuée en Fiat Topolino, les mène de Belgrade jusqu'à la Turquie, l'Iran (où ils passent l'hiver 1953-1954 à Tabriz), le Pakistan (dont une longue halte à Quetta), et l'Afghanistan (ils se séparent à Kaboul, le récit de Nicolas Bouvier continuant jusqu'à la passe de Khyber). Pour gagner le peu d'argent nécessaire au fil du voyage, Thierry Vernet vend des peintures et Nicolas Bouvier écrit des articles pour des journaux suisses ou autres, fait des conférences, donne des cours de français.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Pour l'essayiste Mona Chollet, Nicolas Bouvier fait preuve dans ce « livre mythique », d'une « érudition stupéfiante pour un jeune homme de vingt-cinq ans » et « ne sépare jamais le sublime du trivial, le poétique du pragmatique, la vie intellectuelle de la vie tout court »[2].

Éditions[modifier | modifier le code]

  • L’usage du monde (1963), 376 pages, quarante-huit dessins de Thierry Vernet, préface d’Alain Dufour; choix de lettres de Nicolas Bouvier, 1951-1963, Droz, réédition 1999
  • L'usage du monde (1963), 364 pages, Payot (poche), 1992
  • L'usage du monde (1963), 418 pages, illustrations de Thierry Vernet, Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs, 2001 (ISBN 9782228894012)
  • Œuvres, 1428 pages, 252 illustrations, Gallimard, coll. Quarto, 2004
  • L'usage du monde (1963), Paris, La Découverte, 1985, 2014.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jérôme Dupuis, « Comment L'Usage du monde est devenu un livre culte », sur lexpress.fr, (consulté le 20 octobre 2017), originellement publié dans le no 432 du magazine Lire en juin 2004.
  2. Mona Chollet, Chez soi. Une odyssée de l'espace domestique, Zones, 2015, p. 20-21.