L'Amour et la Vérité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’Amour et la Vérité
Image illustrative de l’article L'Amour et la Vérité

Auteur Marivaux
Pays Drapeau de la France France
Genre Comédie
Éditeur Mercure de France
Lieu de parution Paris
Date de parution mars 1720
Date de création
Metteur en scène Comédiens italiens
Lieu de création Hôtel de Bourgogne

L’Amour et la Vérité est une comédie en trois actes et en prose de Marivaux représentée pour la première fois le dimanche par les Comédiens italiens à l’hôtel de Bourgogne.

Cette pièce qui est la première écrite par Marivaux pour une scène de Paris le fut en collaboration avec le chevalier de Saint-Jory. Son échec complet est le sujet d'une anecdote : Marivaux aurait déclaré, à la sortie que la pièce l’avait ennuyé plus qu’un autre, « attendu qu’il en était l’auteur ». Le prologue seul de cette pièce fut publié dans le Mercure de France en mars 1720 sous le titre de Dialogue entre l’amour et la vérité. Le reste de la pièce est perdu.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • l’Amour.
  • la Vérité.

Thème[modifier | modifier le code]

L’Amour et la Vérité se rencontrent. L’Amour est tellement différent de ce qu’il était autrefois et la Vérité est tellement déguisée sous les ornements dont on la couvre depuis quelque temps qu’ils ne se reconnaissent pas d’abord. Ils finissent par s’expliquer, mais ils sont tellement indignés de la manière dont on les traite qu’il leur prend fantaisie de jouer des tours à ceux qui viendront se promener dans le voisinage. Il y a là tout près un puits et un arbre. La Vérité se met dans l’un, l’Amour grimpe sur l’autre : La Vérité décide que l’eau du puits va recevoir telle vertu que quiconque en boira sera forcé de dire tout haut ce qu’il pense et de découvrir son cœur en toute occasion. L’Amour, quant à lui décide que celui qui mangera des fruits de l’arbre tombera subitement amoureux du premier objet qu’il apercevra. La pièce se termine sur un divertissement.

Source[modifier | modifier le code]

  • Jean Fleury, Marivaux et le marivaudage, Paris, Plon, 1881, p. 243

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :