Louis Rustaing de Saint-Jory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Rustaing de Saint-Jory
Biographie
Décès
Pseudonymes
D. C., Chevalier de R. C. D. S., Chevalier de S. J.Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Louis Rustaing de Saint-Jory, connu comme chevalier de Saint-Jory, est un magistrat[1] et homme de lettres français[2], né probablement au XVIIe siècle et mort en 1752[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un avocat conseiller-secrétaire du roi, il est reçu le 8 mai 1714 chevalier de Saint-Lazare et du Mont-Carmel et occupe une fonction de gentilhomme ordinaire de la maison du Régent[4].

En 1720, il est nommé procureur du roi au bailliage de Meudon[4] et, au chapitre des lettres, coécrit avec Marivaux L'Amour et la Vérité[5].

En 1731, il devient membre de l'Académie royale des belles-lettres de Caen[6].

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages[2], dont Œuvres mêlées de M. le chevalier de S. J., recueil publié en 1735[7] et salué par le Journal des savants pour ses mémoires « écrits avec beaucoup de feu et de vivacité », ses maximes « toutes plus instructives et intéressantes les unes que les autres » et ses comédies qui sont, « comme toutes les pièces du recueil, très ingénieuses et très bien écrites »[8].

Il meurt célibataire en 1752[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Avantures secrètes arrivées au siège de Constantinople (1711)[9]
  • Mémoire pour dame Anne-Christine Gomé (1711)[10]
  • Le Triomphe de l'Amour et de l'Hymen, divertissement (1729)[11]
  • Mémoires secrets de la Cour de France (1733)[12]
  • Discours prononcé à l'Académie royale des Belles-Lettres de Caen par M. le chevalier de Saint-Jory, le jour de sa réception le 18 janvier 1731[13]
  • Œuvres mêlées de M. le chevalier de S.-J. (1735)[14]
  • Les femmes militaires (1735)[15], autre édition en 1750[16]
  • Arlequin en deuil de lui-même, comédie en un acte (1751)[17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Bourelly, Le maréchal de Fabert, étude historique d'après ses lettres et des pièces inédites... (3e édition) / par le lt colonel Jules Bourelly..., (lire en ligne)
  2. a et b Joseph-Marie Quérard, La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, ainsi que des littérateurs étrangers qui ont écrit en français, plus particulièrement pendant les XVIIIe et XIXe siècles. Tome huitième, [RH-SC], 1827-1839 (lire en ligne)
  3. « Louis Rustaing de Saint-Jory (16..-1752) », sur data.bnf.fr (consulté le 18 juillet 2020)
  4. a b et c « Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord », sur Gallica, (consulté le 18 juillet 2020)
  5. Gustave Larroumet, Marivaux, sa vie et ses oeuvres : d'après de nouveaux documents (Nouvelle édition), Paris, Librairie Hachette, (lire en ligne), p. 33-34
  6. Eugène Lefèvre-Pontalis, Bibliographie des sociétés savantes de la France, (lire en ligne), p. 13
  7. Louis Rustaing de Saint-Jory, Oeuvres mêlées. De M. le Chevalier de S. J. Tome premier [-tome second], chez Z. Chatelain, (lire en ligne)
  8. « Le Journal des sçavans », sur Gallica, (consulté le 18 juillet 2020), p. 311-324
  9. Louis Rustaing de Saint-Jory, Avantures secrètes arrivées au siège de Constantinople, Vve Jombert, (lire en ligne)
  10. Louis Rustaing de Saint-Jory, Mémoire pour dame Anne-Christine Gomé, accusée d'adultère et d'avoir fait apparaître des esprits, contre messire Romain de Klinglin, son mari, second président au conseil souverain d'Alsace., (lire en ligne)
  11. Louis Rustaing de Saint-Jory, Le Triomphe de l'Amour et de l'Hymen, divertissement pour le mariage de Mlle de Courcillon avec M. le duc de Picquigny, par M. le chevalier de Saint-Jory, mis en musique par M. Bouvard, impr. de J. Vincent, (lire en ligne)
  12. Louis Rustaing de Saint-Jory, Mémoires secrets de la cour de France , contenant les intrigues du cabinet pendant la minorité de Louis XIV, F. Girardi, (lire en ligne)
  13. Louis Rustaing de Saint-Jory, Discours prononcé à l'Académie royale des Belles-Lettres de Caen, par M. le chevalier de Saint-Jory, le jour de sa réception, le 18 janvier 1731, Vve de G. Briard (lire en ligne)
  14. Louis Rustaing de Saint-Jory, Oeuvres mêlées de M. le chevalier de S.-J..., Z. Chatelain, (lire en ligne)
  15. Louis Rustaing de Saint-Jory, Les femmes militaires , relation historique d'une île nouvellement découverte par le C. D***, C. Simon, (lire en ligne)
  16. Louis Rustaing de Saint-Jory, Les femmes militaires, relation historique d'une île nouvellement découverte par le C. D***, Paris, Didot, (lire en ligne)
  17. Louis Rustaing de Saint-Jory, Arlequin en deuil de lui-même, comédie d'un acte, P. Gosse junior, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]