La Méprise (Marivaux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Méprise.
La Méprise
Image illustrative de l'article La Méprise (Marivaux)
Bertall

Auteur Marivaux
Genre Comédie
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Prault père
Date de parution 1739
Date de la 1re représentation 1734
Metteur en scène Comédiens italiens
Lieu de la 1re représentation Hôtel de Bourgogne

La Méprise est une comédie en un acte et en prose de Marivaux représentée pour la première fois le par les Comédiens italiens au théâtre de l’Hôtel de Bourgogne.

Marivaux a jeté dans le dialogue de cette pièce toutes les perles de son écrin, toutes les finesses du marivaudage, surtout dans la conversation des serviteurs.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Clarice.
  • Hortense, sœur de Clarice.
  • Ergaste.
  • Lisette, suivante de Clarice.
  • Arlequin, valet d’Hortense
  • Frontin, valet d’Ergaste.

Thème[modifier | modifier le code]

La Méprise met en scène deux sœurs, toutes deux blondes et charmantes, qui vont jusqu'à s'habiller l'une comme l'autre. La scène se passe dans un jardin public où les deux jeunes filles se promènent masquées, mais séparément, si bien que l’amoureux, Ergaste, croit continuer avec l’une la conversation commencée avec l’autre. Il s’ensuit des malentendus, des reproches, des brouilleries, des raccommodements, des lettres échangées, jusqu’au moment où les deux sœurs apparaissent à la fois.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucette Desvignes, « Marivaux et La Méprise : exploration d’un thème antique », Revue de Littérature Comparée, 1967, n° 41, p. 166-179.

Source[modifier | modifier le code]

  • Jean Fleury, Marivaux et le marivaudage, Paris, Plon, 1881, p. 12-3

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :