Kumarata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kumārata)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kumarata
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Patriarche du zen (d)
Biographie
Activité
Autres informations
Religion

Kumarata (en sanskrit : Kumārata[1],[2],[3], Kumāralabdha[2],[4] ou Kumāralāta[2] ; en chinois traditionnel : 鳩摩羅多[1], chinois simplifié : 鸠摩罗多[4], pinyin : Jiūmóluóduō, aussi 鳩摩羅駄, Jiūmóluótuó[2],[3] ; en japonais : Kumarada[2]) est considéré par la tradition du bouddhisme zen comme son dix-neuvième patriarche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kumarata aurait vécu selon la tradition à la fin du IIIe siècle mais il n'y a aucune certitude historique quant à cette date[2], certains auteurs le situant même au début du Ier siècle[5]. Sa vie n'est connue que par la tradition recueillie en Chine plusieurs siècles plus tard.

Kumarata serait issu d'une famille brahmane du royaume de Thukhara[6]. Né à Takshashila au nord-ouest de l'Inde, il se fait remarquer dès l'enfance pour sa sagesse, sa réputation de moine sage et savant contribue à la propagation du bouddhisme en Inde, il est considéré comme le fondateur de l'école Sautrantika du bouddhisme hinayana[2].

Il succède à Sanghayashas et précède Jayata.

Postérité[modifier | modifier le code]

Au VIIe siècle, dans son Rapport du voyage en Occident à l'époque des Grands Tang, Xuanzang cite Kumarata en compagnie d'Ashvaghosha, Nagarjuna et Aryadeva comme « quatre soleils » illuminant le monde[2].

Généralement considéré comme le dix-neuvième patriarche[1],[3],[5],[7],[8] du bouddhisme mahayana et du zen, il est selon d'autres décomptes le 18e patriarche indien ainsi que le 34e des cinq cents arhats. Il est connu pour avoir rédigé de nombreux ouvrages[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) William Edward Soothill, « A dictionay of chines buddhist terms », , p. 22
  2. a b c d e f g et h (en) « Dictionary of Buddhism : Kumārata », sur nichirenlibrary.org
  3. a b et c (en) Wendi Leigh Adamek, The mystique of transmission : On an early chan history and its contexts, New York, Columbia University Press, , 578 p. (ISBN 978-0-231-13664-8, présentation en ligne), p. 105-106
  4. a b et c (zh) « 鸠摩罗多尊者 », sur baike.baidu.com
  5. a et b (en) G. Schlegel, « Names of the 33 first buddhist patriarchs », dans T'oung pao, vol. 3, , 341-342 p. (disponible sur Gallica)
  6. (en) Daoyuan (rédacteur Yang Yi, traduit par Randolph S. Whitfield), Record of the Transmission of the Lamp : Volume One, vol. 1, Books on Demand, , 184 p. (ISBN 978-3-7386-6246-7 et 3-7386-6246-4, présentation en ligne), p. 105, 115
  7. D. T. Suzuki, Essais sur le bouddhisme zen : Séries I,II,III, Albin Michel, (1re éd. 1940), 1248 p. (ISBN 978-2-226-20501-8 et 2-226-20501-2, présentation en ligne), p. 201
  8. (zh) « 西天二十八祖 », liste des patriarches indiens, sur baike.baidu.com